Conscience : mode d’emploi! (20/22)

Houlà, houlà !!!

ATTENTION. Je ne dis pas que nous façonnons l’univers depuis le début et qu’il n’existait pas avant qu’on le considère, qu’il avait besoin de nous pour démarrer ! Nos premières considérations viennent des constatations que nous faisons pendant les premiers mois de notre vie  ! Comme le fait de remarquer que nous pouvons bouger notre corps, l’existence d’objets solides plus ou moins résistants et plus ou moins souples et élastiques, de liquides plus ou moins visqueux, de l’atmosphère plus ou moins agitée, des différences de températures, de la lumière plus ou moins brillante, etc. Mais nous constatons aussi des absences, comme le fait que les objets n’ont pas l’air de vouloir bouger tous seuls. Et nous en concluons souvent à des impossibilités, aidés en cela par nos aînés qui nous rendent là un bien mauvais service.

Autrement dit, lors de la naissance du bébé, l’esprit voit l’univers TEL QU’IL EST, une raison de plus pour être dans cet état-là. Puis, au fur et à mesure des considérations des impossibilités présumées par déduction, et avec l’aide des générations précédentes, il se retrouve dans un piège comme celui d’aujourd’hui, et est obligé de trouver des astuces pour se libérer de toutes ces contraintes. Or en 150 générations on a eu le temps de se fabriquer une prison inextricable. Un exemple : puisqu’on ne sait plus léviter, on n’a pas pu éviter d’inventer des Montgolfières, des ballons, des avions, et des fusées ! D’un autre côté, je dois dire que j’étais, aussi, assez heureux de quitter ma bande d’ornithorynques, et de revenir dans une société banale où les choses se passent en voyant AGIR ceux qui les produisent ! Corrélativement ça oblige à devenir télépathe, comme avec la passagère qui faisait exploser les pneus ! Ça c’est passé en trois temps ! Question de moi à « moi » : « Qui a décidé de faire péter les pneus arrières ? ». Réponse silencieuse : « Momo ». Question à Momo : « Pourquoi tu fais péter les pneus ? ». Et j’ai déjà indiqué la réponse…

Nous ne sommes pas responsables de nos considérations de petits bébés qui découlent de nos observations, notre « contribution » à l’univers ne vient que des impossibilités que nous avons déduit de la généralisation d’observations d’absences, et des « solutions » mécaniques que nous y avons apportées, et encore ces limitations ne concernent-elles finalement que nous-mêmes, l’univers s’en fout !

Les poltergeists se produisent souvent chez les jeunes filles au moment de la transformation de leurs corps d’enfants à la puberté, transformation contre laquelle elles se révoltent, et s’arrêtent quand la révolte est digérée. Cette décision de laisser tomber tout ce qu’on considère et qui nous handicape peut fonctionner quelques fois, mais ne dure apparemment pas très longtemps, les anciennes considérations reprennent vite le dessus. Ça peut paraître déjouer la chronologie de la séquence, mais comment peut-on être sûr de connaître toutes nos considérations à un moment donné ? Et leur résultante ? C’est à ces changements de contexte qu’on peut attribuer les résultats « miraculeux » des sorciers et des mages : les conditions préparatoires bizarres de leurs rites bouleversant leur paradigme. À nouveau ce sont nos considérations de ces impossibilités déduites qui font nos limitations individuelles. D’autre part puisque nous avons des « points de vue » multiples, pourquoi ne pas avoir également des paradigmes multiples, avec la possibilité de passer de l’un à l’autre ? Ça n’est peut-être pas si sorcier ?

L’humanité d’il y a longtemps nous a laissé des vestiges de ce qu’ils savaient faire ! J’ai parlé de la ligne Saint Michel anglaise (parce qu’il y en a d’autres…) qui relie des sanctuaires dédiés à l’Archange entre l’archipel des Skellig (à l’extrémité occidentale de l’Irlande) et la Palestine (plus de 2000 km) , avec une précision stupéfiante vues les connaissances qu’on attribue aujourd’hui à ces « primitifs ». Elle passe par notre Mont Saint Michel de Normandie… En plus, tous ces sanctuaires n’ont pas été alignés par une seule civilisation ! Et pire encore, elle est orientée sur le soleil levant du 8 mai, la fête de Saint Michel, bien avant le Christianisme. Saint Michel, c’est le chef des armées divines que les Egyptiens l’appelaient Horus ! Des détails sur ça et bien d’autres choses sur http://www.spirit-science.fr/doc_terre/ d’Alain Boudet, ou mieux sur http://www.eurogrille.fr/les-lignes-remarquables/ !

Mais il y a aussi les murailles à base de blocs de pierre cyclopéens et colossaux, dont on a bien du mal à imaginer comment on a pu les extraire et les déplacer sans nos outils modernes.

Une synthèse de toutes ces connaissances est magnifiquement illustrée par Stonehenge dont j’ai aussi parlé dans « Soyons Logiques ». La carrière dont sont extraites les pierres est à une « certaine » distance, (114 miles, à peu près 211 km), de Stonehenge, mais à l’intersection de la parallèle de Stonehenge et du méridien de la carrière, se trouve l’île de Lundy où une pierre en forme de « L » indique cette intersection. Comme si ça ne suffisait pas, le triangle Lundy-carrière-Stonehenge est un triangle 5-12-13 ! Or Stonehenge est à 123,4 miles (864/7) de Lundy ! Encore une coïncidence numérique !?

Ces peuples savaient aussi faire tout un tas d’autres choses incroyables aujourd’hui. Mais dont on trouve des traces dans la littérature, yaka chercher ! Autrement dit tout ce que les « scientifiques » ont « découvert », n’est que l’ensemble des paradigmes uniformément en vigueur dans la population d’une époque. Et quand ils considèrent le domaine quantique comme la preuve que l’univers physique est une illusion, ils n’ont pas trop tort ! Mais tant qu’ils considèrent que le quantique lui-même fait partie de cette illusion au lieu d’en être la source ou la cause, ils ne sont pas prêts de comprendre grand chose…

About

View all posts by