Y allons-nous ?

Je vous invite à une expérience d’une rare complexité. Mais d’abord vérifiez les éléments suivants. Pouvez-vous fermer et ouvrir vos yeux ? Je suis bien obligé de prendre votre silence pour un oui. Ça veut dire que vous avez un corps auquel vous pouvez commander, et qui, le cas échéant, peut vous renseigner sur ce qui l’entoure. Quand vos yeux sont fermés, ils vous transmettent l’image de vos paupières qui est plus ou moins lumineuse suivant que votre tête est tournée ou non vers une lumière. On peut donc commencer l’expérience. Imaginez-vous une souris verte. Si c’est plus facile, fermez les yeux. Contentez-vous de constater que l’image de votre souris verte ne vient plus des informations que vos yeux vous transmettent, ce qui est d’autant plus facile si vous les avez fermés. D’ailleurs les souris vertes sont plutôt rares dans la nature. Faites alors disparaître votre souris, et le cas échéant rouvrez vos yeux. Ce que vous venez de voir n’est évidemment pas du domaine physique. C’est du domaine psychologique ou psychique, de la psyché (grec) ou encore de l’âme (latin). Le mot latin (anima) vient de ce qu’on lui attribuait le fait d’animer le corps, ce que vous avez fait en jouant avec vos paupières sans que l’on puisse décider si votre âme y est pour quelque chose. En tout cas, comme avec votre corps, vous pouvez agir dessus en manifestant une image et y percevoir quelque chose, en l’occurrence l’image de votre souris. En ce qui concerne les êtres humains, cette âme peut aussi s’appeler le « mental » un mot qui, cette fois, vient du sanscrit manas (man-as, qui est spécifique de l’homme, sauf que manas ne recouvre pas la totalité de l’âme, mais seulement ses capacités d’enregistrement de données et de raisonnements (son disque dur, dirait-on aujourd’hui). Il lui manque les émotions, les sentiments, ses facultés d’action comme votre fabrication de la souris, ou de perception comme celle de la même souris. Mais l’âme est une notion tellement floue que je préfère m’y référer sous le nom de « mental » aux restrictions près que je viens d’indiquer. Il reste un troisième élément dans notre expérience, mais vous ne le verrez pas. Parce que c’est Lui qui voit ! Refermez les yeux et revoyez une souris bleue (ou verte) en prenant conscience du point d’où vous la voyez. Ce point est celui où est localisée votre conscience. Laquelle n’est ni dans le domaine physique malgré sa possibilité de localisation, ni dans le domaine psychique. Mais cette conscience la différencie du corps comme du mental qui eux, n’ont pas de conscience mais seulement des perceptions, autrement dit des possibilités de manipulation d’informations sans avoir besoin de les comprendre. Quand deux ordinateurs échangent des informations, l’un d’eux duplique les informations électroniques de l’autre, ce qui n’implique aucune « compréhension ». Et si un ordinateur vous donne l’impression de « comprendre » c’est parce qu’il a manifesté des informations à l’aide d’un périphérique tel qu’un écran, une imprimante ou un haut parleur pour la transformer afin que des ÊTRES HUMAINS LA COMPRENNENT, et c’est à ce moment que la compréhension commence. Un ordinateur ne va jamais exprimer que ce qui a été prévu par son programme, donc par des êtres humains. Dans tout cet univers, les seuls « points de conscience » sont les êtres humains. Même les animaux ne font que percevoir et réagir à leurs perceptions en fonction de leurs automatismes, et votre corps et votre âme ne sont que des outils automatiques et programmables au même titre que les animaux. Par exemple votre corps respire, digère et sue automatiquement. Mais si vous ne pouvez pas grand-chose à votre digestion et votre sudation, vous pouvez agir sur votre respiration ! Votre mental a des réactions automatiques à pas mal de choses, des mots qui vous font réagir, ou des émotions comme la colère. Mais vous pouvez aussi contrôler la plupart du temps ce genre de réaction. Sauf évidemment si vous voulez vous arrêter de fumer sans pouvoir y arriver, mais c’est une autre histoire ! La conscience dont on parlait tout à l’heure porte différents noms. En tant que l’âme est elle-même animée, puisque votre souris y est apparue et en a disparue, la conscience a été appelée « l’âme de l’âme ». Mais si l’âme elle-même peut être considérée comme plus légère que votre corps, votre conscience a encore moins de caractères pesants que l’âme sauf ses habitudes difficiles à effacer. La partie la plus légère d’un composé s’appelle aussi un esprit, d’où le nom de spiritueux aux liqueurs dont la caractéristique est leur odeur beaucoup moins pesante que l’alcool qui s’y trouve. Et donc votre conscience n’est plus dans le domaine psychique, mais dans le domaine spirituel. Au moyen âge, on en parlait aussi comme le domaine « pneumatique » en référence au fait que l’air que nous avons dans les poumons est incomparablement plus léger que notre sang ou nos autres liquides organiques et bien plus aussi que notre chair et nos os. Ne dit-on pas d’ailleurs qu’en mourant on exhale notre « dernier soupir » ce qui correspond à « rendre l’esprit » ? Mine de rien et en oubliant mon dérapage à propos des animaux, vous venez de découvrir la réalité de ce qu’est un être humain et vous connaissez le vocabulaire associé. Le corps n’est pas forcément une découverte, mais maintenant au moins vous avez un aperçu de ce qu’est l’âme/mental, et la conscience/esprit. Et je ne vous ai fourni que le vocabulaire correspondant, puisque c’est vous qui avez fait l’expérience. Vous avez donc une avance remarquable sur les matérialistes pour qui l’âme et l’esprit ne sont que des billevesées, mais qu’ils s’acharnent quand même à considérer comme des illusions issues du corps matériel grâce à une « évolution » tout à fait hypothétique accompagnant le fameux progrès issu de son paradigme. Un scoop tout de même : le fameux chaînon manquant est toujours manquant n’en déplaise à Darwin, et c’est la génétique qui le prouve sur des millions de fossiles ! Ce qui n’empêche pas les manipulateurs d’essayer de nous faire croire qu’ils peuvent agir sur notre esprit avec les moyens physiques comme les EMP (Electro Magnetic Pulses), ce qui n’a rien d’absolument impossible vu les nombreux asservissements entre nos trois parties constitutives, mais peu vraisemblable ; malgré les quelques témoignages de journalistes qui se sont prêtés à l’expérience qui leur a fait croire qu’ils étaient quelque part au Tibet alors qu’ils étaient dans un immeuble à Londres, l’expérience se déroulant sans fils connectés à leur « cerveau ». L’inconvénient c’est que les scientifiques sont tellement adeptes de la désinformation qu’il est difficile d’être sûr ou non que ces expériences soient réellement disponibles. Pour l’instant l’évidence se limite à l’utilisation d’EMP pour contrôler des émeutes aux USA et en Angleterre en provoquant des troubles physiques comme des coliques mais pas particulièrement en influençant des pensées. En tout cas, les plus courageux des matérialistes sont plus ou moins obligés d’accepter l’efficacité des « coupeurs de feu » de plus en plus utilisés dans les hôpitaux pour s’occuper des grands brûlés, mais aussi, depuis quelques temps, pour soulager les patients sous radiothérapies pour le traitement de leur cancer. Les effets secondaires indésirables provenant des brûlures occasionnées par le rayonnement. Et ils sont aussi obligés de reconnaître qu’ils n’ont aucune explication, ce qui les a autorisés pendant des années à traiter tous ces guérisseurs de « charlatans ». En pratique ces charlatans n’ont besoin que de l’identité de leurs patients et de leur date de naissance et aucunement besoin d’être à proximité de ceux-ci. Au point qu’ils peuvent traiter des brûlés à plusieurs dizaines de milliers de kilomètres sans même connaître leurs coordonnées géographiques, ce qui laisse rêveurs nos matérialistes qui ont oublié de voir que, même quand ils sont à côté de leur brûlé, ils ne le touchent pas non plus, donc agissent « à distance ». Mais assez perdu de temps avec des gens dont le paradigme est aussi fragmentaire et notons aussi que vous êtes à des milliers de lieues en avance sur les chrétiens qui confondent le mental et l’esprit depuis au moins 17 siècles, au mépris des indications de Saint Paul qui parle bien des trois parties de l’être humain. Rien d’étonnant à ce que, depuis cette époque, le paradigme ne puisse plus tenir debout puisque la connaissance de CE qui voit le monde a été perdue.

About

View all posts by