La thérapie du 21ème siècle sera-t-elle quantique, métaphysique ou simplement logique ? (N°29 Rêves)

La thérapie du 21ème siècle sera-t-elle quantique, métaphysique ou simplement logique ? (N°29 Rêves)

Le-reve-de-KushBon ! Nous allons aborder ce qu’Anthony appelle des « excuses » et que je préfère appeler des « justifications », parce que les excuses semblent s’adresser à quelqu’un d’autre alors que les justifications sont plutôt à « usage interne » ! D’autre part la source des justifications est clairement un raisonnement (dont on sait ce qu’on peut en penser) alors que les excuses pourraient venir de circonstances extérieures et « objectives » !

Ça n’a pas beaucoup de rapport sinon que je viens de tomber sur une déclaration d’un de ses collègues (un certain John T, autrement dit anonyme…) comme quoi on se fiche de savoir qui est notre ESP (Essential Silent Partner) ou notre source : est-ce que quelqu’un qui va mourir se demande si on lui donne le bon médicament ? Comme dit l’autre : « comparaison n’est pas raison ! ». Je ne savais pas que notre situation était si désespérée qu’il fallait être prêt à suivre n’importe quoi sans savoir ce qu’on fait. Encore un coup du Kaa de la jungle : « Aie confiance… ». Je ne suis pas prêt à suivre, et Anthony va nous le dire bientôt

Les excuses : les raisons pour lesquelles vous ne pouvez pas manifester vos rêves

Vous remarquerez notre plongée dans l’univers onirique d’Anthony : les excuses et les rêves…

Un petit détail : si ce que vous voulez manifester n’est qu’un rêve, il est déjà manifesté sous cette forme et vous n’avez pas à en attendre une manifestation plus concrète ! De mon côté, je ne vous parle pas de « rêve » mais de « considération » réalisable à cause de leur nature elle-même si elles incluent une « intention » de réalisation.

Et ça peut être m’importe quoi. J’insiste sur les histoires de météo plus que les questions de fric comme Anthony parce que les ai vues marcher de nombreuses fois et avec des gens très variés alors que j’attends toujours de voir le gagnant de la loterie qui ait appliqué les combines de notre docteur ou d’un de ses copains !

Quoi qu’il en soit, qu’on les appelle des « excuses » ou des « justifications », tout ce qui vous semble « expliquer » vos échecs sont précisément les considérations que vous avez faites bien avant, ou juste avant, ou même en même temps, que la considération qui a échouée !

Si vous avez fait vôtre la considération que vous n’êtes pas doué, pas riche, pas intelligent, que vous n’avez jamais de chance, que votre frangin est bien meilleur, ou toutes les maladresses qui ont alimentées nos enfances, vous avez intérêt à les effacer en les reconnaissant, parce que vous n’arriverez à rien tant qu’elles sont actives…

Il vaut mieux s’apercevoir qu’on est la dernière des cloches que de prendre ça pour une justification de nos échecs. S’en apercevoir consiste à se souvenir que cette pensée nous est passée « par la tête » à un ou plusieurs moments, ça vous fera en prendre la responsabilité et vous évitera d’accuser les autres ou les circonstances de ce que vous avez vous-mêmes manifesté depuis que vous avez pensé ça !

D’un autre côté, ça peut prendre du temps, et c’est plus facile à faire avec un individu entraîné à vous faire retrouver les considérations enfouies dans votre paradigme, car il s’agit de cela !

Un paradigme est par définition une « vision du monde ». Et d’où vient-il votre paradigme ? Au final il ne vient QUE de vous, parce que c’est VOUS qui avez accepté d’entasser tout ce qu’on vous a raconté. En plus, le plus souvent sans en être conscient. Pourquoi croyez-vous que mon blog s’intitulait à l’origine « l’accoucheur de paradigme » ? Parce que toutes les idées non examinées que nous avons entassées dans notre vision du monde ne sont qu’autant de limitations de nos capacités et qui nous servent aujourd’hui « d’excuses » pour « justifier » nos échecs.

Je ne suis pas en train de vous traiter comme des victimes de votre environnement, de vos parents, de vos profs, de vos lectures, mais comme celui qui est RESPONSABLE de les avoir crus. Arrêtez d’accuser le monde entier : c’est vous qui avez accepté ce qu’on vous a raconté. Bien sûr ça n’excuse pas les moyens coercitifs utilisées par vos parents ou vos profs, en particulier l’abus de leur « altitude » « arrogante » de « je suis vieux : je sais tout, tu es nul ! ». Parfois appuyée pendant vos études par des pratiques hypnotiques issues des technologies de Wundt et Pavlov, difficiles à contrer si (ou puisque) personne ne vous met en garde.

L’inconvénient, c’est que, comme tout ça a été enregistré inconsciemment il n’est pas facile d’en retrouver la trace. On peut s’apercevoir aujourd’hui de certaines incohérences (l’histoire des 2 marées avec une seule lune, des photons qui s’évaporent dans des franges d’interférence, du courant électrique dont les électrons traversent le vide, mais pas le courant, de la liberté promise par un gouvernement qui en est tout l’inverse par sa nature même quelle que soit son idéologie politique). Alors il vous reste à examiner tout ce fourbi et vous retrouverez petit à petit tout un tas de considérations qui l’ont alimenté. Ça n’est ni simple, ni rapide, mais c’est votre seule façon de vous en sortir, et remerciez le hasard qui vous a fait éviter de faire des études, sauf si vous en avez conçu un manque tel que vous vous êtes jetés dans la lecture de Science & Vie ou d’autres brain-washes !

Mais, je n’y connais pas grand chose, écoutons plutôt Anthony !

Si vous vivez vos rêves et abandonnez vos excuses, vous gagnerez plus de 10 ans !

Yapuka !

Sauf qu’il faut voir ce que veut dire vivre ses rêves ! Et « abandonner ses excuses » !

On vient d’en donner un aperçu, mais écoutons le Maître :

Solutions pour les excuses.

« Rêver ! »

Bon ! Ça tourne un peu en rond…

Un peu plus technique :

« Être prêt à renoncer aux avantages et aux inconvénients »

Ça aussi c’est facile puisque ça n’a rien à voir avec ce qui nous fait considérer (pardon : rêver !) Et notre rêve fondamental (le « vrai désir de notre cœur » !) n’a rien à voir avec celui qui procurerait le plus d’avantages, par exemple. Comme être fabuleusement riche pour payer le plus d’impôts possible… Ou être dans une santé parfaite pour pouvoir donner nos organes à ceux qui en ont besoin…

Mais Anthony conseille aussi de « Reprogrammez votre carte de la réalité »… ou la carte de votre réalité, allez savoir. Ça ressemble beaucoup à rectifier votre paradigme mais ça ne donne pas la formule ou le moyen de le faire, en particulier celui de vous débarrasser de vos scories…

Suivent des incitations moralisantes et inquiétantes ; « Arrêtez de parler aux autres et d’être à leur écoute ». Je suis assez prêt à suivre cette indication et à ne plus écouter Anthony, mais est-ce vraiment ce qu’il veut dire ou serait-il le seul « autre » qu’il faille écouter ? Mais c’est une autorisation à rejeter la solution désespérée de son collègue qu’on a vue au début de cet épisode… Quant aux « Partenaires Silencieux », j’en connais un paquet dont je n’ai pas envie de suivre les conseils…

Dans la même veine, « Évitez la haine et le jugement » ! En a-t-on assez entendu parler d’éviter de juger ? Je vous propose un truc : traversez la rue en évitant de juger si ce qui vous arrive dessus est un moustique ou un autobus. Évidemment ce n’est pas de ce jugement là qu’il s’agit, non : c’est de ne pas juger si votre interlocuteur est un imbécile ou un génie, comme à l’école, où le maître avait toujours raison !!! Ça va bientôt être difficile de ne pas avoir de haine en face de tels bavardages, heureusement que nous ne devons pas les juger : Anthony a décidément tout prévu !

S’en suit un mode d’emploi à propos de « Comment attirez-vous des choses désagréables? », on espère que c’est une façon détournée de nous indiquer que nous allons savoir éviter ça… Mais c’est tellement larmoyant que je préfère justement vous éviter ça pour l’instant : on se reverra dans le N° 30 !

About

View all posts by