La thérapie du 21ème siècle sera-t-elle quantique, métaphysique ou simplement logique ? (N°32 Heureux !)

La thérapie du 21ème siècle sera-t-elle quantique, métaphysique ou simplement logique ? (N°32 Heureux !)

heureux le chatAttentions, nous allons enfin connaître « L’Ultime secret de la Création de votre Vie par Design », enfin des bribes puisque le fichier MP3 dure 5 heures et demie !

Sauf que tout ce que vise Anthony peut tout à fait s’obtenir en étant bourré du matin au soir ou en arrêtant pas de fumer des trucs exotiques, puisque son but est « d’être heureux ». Ça ne vous empêche pas d’être malade, cocu et fauché, mais vous vous sentirez bien !

Des tas de gens le suivent, à ce qu’il dit ! Donc il y a peut-être quelque chose qui marche ?

Nous prolongerons cette étude par l’examen des suggestions de son John T et quelques remarques personnelles et vraiment quantiques pour ne pas finir sur une note tristement heureuse… Mais pas dans cet épisode !

Commençons :

Obtenez le résultat immédiatement !

Bien monsieur ! « Tout, tout de suite », j’aime ça !

C’est d’ailleurs exprimé par le flip switch : « Je choisis de me sentir bien maintenant ! » Je pense refiler le tuyau à un mien voisin affligé d’un AVC depuis 4 ou 5 ans, avec un bras nase et une facilité d’élocution dont il n’abuse pas puisqu’il ne dit presque plus rien pour ne pas faire attendre ses au—–di—–teurs ! Les Français se souviennent probablement d’un sketch de Fernand Raynaud « HEU-REUX », qui laisse à penser que « Anthony » et ses copains ont eu des précurseurs.

Mais on peut entrer dans le détail :

Acceptez tout ce qui arrive et soyez heureux maintenant !!

Donc, ne refusez pas l’ambulance qui va vous emmener à l’hosto. En ce qui concerne le corbillard qui vous emmène au cimetière, vous êtes déjà probablement trop heureux pour ne pas avoir à choisir de l’accepter…

Pensez à la façon dont une carotte est heureuse bien au chaud dans son petit terrier, et soyez jaloux de ce petit légume au point d’en devenir un autre… Et ne pensez pas au coup de bêche qui va briser ce bonheur si solide.

Car ce peut être ça aussi l’objectif d’Anthony : devenir des légumes. Les petits trisomiques sont souvent en train de sourire aux anges et ça a dû l’inspirer ?

Mais il prend ses précautions !

Peu importe ce que vous désirez il faut être heureux à la fin !!!

Allons bon ; et où est passé le « maintenant » qui était si appétissant ? Y-aurait-il des fois où ça ne marche pas instantanément ?

Mais Anthony s’est-il aperçu qu’il s’était tiré une balle dans le pied ?

Nous pouvons être heureux maintenant sans aucune condition préalable !!!!

Ouf ! On l’a échappé belle ! Ou aurait-il oublié la nécessité de l’expression de notre désir d’être heureux ? Qui semblait bien être une telle condition !

Décidément la doctrine d’Anthony n’est pas simple à décoder…

Se sentir bien maintenant, peu importe comment, en ce moment même !!!!!

Là au moins, il n’y a rien à faire. Et je ne doute pas qu’Anthony pratique ce genre de philosophie parce que ça lui permet de ne pas tenir compte de ses clients qui n’ont pas les résultats qu’ils espèrent, ce en quoi ils ont raté des marches, parce qu’il n’y a aucun résultat À ATTENDRE : juste « se sentir bien » !

La béatitude du panda en train de sucer son bout de bambou, de la guêpe en train de vous piquer la cuisse, ou de la goutte d’eau en train de prendre un bain dans la mer chaude…

Ben, je peux vous dire que c’est pas mon idéal ! Même si c’est sans attendre !

Alors pourquoi je vous ai parlé de tout ça ?

Parce que j’ai peut-être quelques solutions pour avoir des résultats objectifs.

Je me doute un peu que tous ceux qui sont arrivés sur le site d’Anthony ne sont pas nécessairement devenus des adeptes et qu’ils ont pu faire quelques unes des remarques que je vous ai fait subir, mais les méthodes des « Créateurs de vie par design » ont d’autres inconvénients légèrement plus graves.

Dans les griffes de l’éternel maître de la flatterie

Rappelez-vous de son insistance à propos du « libre vouloir » : cette façon de vous faire croire à votre absolue liberté de penser est utilisée depuis la nuit des temps par des entités auxquelles vous ne croyez pas, ce qui suffit à indiquer que vous n’êtes pas libres de vos pensées. Pourtant notre bon La Fontaine à expliqué aux Français que « Tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute » et indique que : « Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute ! » En effet ! Et en attendant c’est Anthony qui a récupéré le fromage…

Pourquoi est-ce flatteur de croire être libre de penser ? Parce que la Liberté est un attribut de la Vérité, ou sa conséquence, et donc qu’un individu libre n’est rien moins que Dieu ? Ça vous suffit comme flatterie ?

Voyez-vous à quoi vous vous attaquez en suivant Anthony et ses complices ? Le patron des flatteurs n’est-il pas fascinant ? Celui-là même qui peut vous apporter la lumière du bonheur ?

Si vous connaissez son nom, gardez-le pour vous !

Dormez : je le veux !

Et contentons nous d’un piège moins évident peut-être : le recours à l’hypnose ou l’autohypnose.

Si vous faites des bêtises la plupart du temps c’est parce que vous avez eu des réponses automatiques et inappropriées à la situation. Par exemple, vous cassez un vase parce que vous voulez chasser une mouche d’un grand geste de la main sans vous apercevoir de la présence du vase…

L’esprit enregistre ces automatismes dans son mental en cas d’urgence, quand il ne « voit » pas de solution à une situation traumatisante. Rappelez-vous que le mental n’a pas de conscience, seulement des perceptions. En fonction de quoi la situation traumatisante se résume pour lui à une pile de perceptions et il va déclencher sa solution si un nombre suffisant de perceptions correspond à la situation d’origine, le nombre nécessaire étant fonction de l’état d’éveil plus ou moins brillant de l’esprit à ce moment là. Moins l’esprit est éveillé, c’est-à-dire plus il est embourbé dans des émotions, et plus le mental va réagir.

Mais ces réactions et ces automatismes ne se traduisent pas seulement par des COMPORTEMENTS aberrants, ils peuvent concerner nos FAÇONS DE PENSER. L’aberration vient du fait que le mental n’a PAS LA CONNAISSANCE de l’entière situation, seulement du peu qu’il en « perçoit », et donc que son automatisme sera le plus souvent inapproprié.

Si on examinait maintenant en quoi et pourquoi nos façons de penser peuvent aussi être aberrantes ? Il va suffire que l’esprit soit sous stress lorsqu’on lui parle de quelque chose pour qu’il ait tendance à s’en défendre en enregistrant tout dans son mental, donc sans en être conscient, ledit mental va plus tard réagir avec une vitesse surprenante si le sujet dont il s’agissait revient dans la conversation. C’est la façon dont nous interprétons nos « associations d’idées » : un air qui nous trotte dans la tête parce qu’on vient d’entendre le nom d’un chanteur, par exemple. Alors qu’on n’en a pas grand chose à faire pour le moment. Ce n’est pas une association d’idées consciente, c’est juste le mental qui rejoue un de ses trucs en stock dans sa « mémoire ».

Si vous voulez vous débarrasser des automatismes dont les réactions inappropriées vous ennuient, comme un mal de tête, une douleur aux reins, ou le besoin d’hurler dès qu’on vous parle de Mitterrand (!) il va falloir retrouver l’enregistrement à la base du comportement avec la considération qui vous a amené à en être inconscient et à en confier l’enregistrement à votre mental. Si vous la retrouvez, alors : « Pouf » ! C’est parti !

Or il y a un moment de stress qui passe souvent inaperçu : les études aux différentes écoles, collèges ou lycées. Le stress du classement, de la note, du regard des autres, etc. Vous pouvez considérer sans risquer de vous tromper que tout ce que vous avez étudié en classe est stocké dans votre mental, prêt à ressortir pour un oui pour un non, ce qui est bien pratique quand on suit des études, et une bonne source de gaffes dans la vie courante par la suite… Et qui fait de nous de bons toutous bien entraînés à répondre à tout sans avoir jamais rien compris. Et bien sûr, ces incompréhensions s’empilent et semblent se confirmer les unes les autres sans qu’il soit question de COMPRÉHENSION, et donc évidemment de SAGESSE, mais seulement de CULTURE et d’ÉRUDITION, comme un ordinateur qui réagit à une question posée à un moteur de recherche.

Ce que je viens de décrire est LA solution pour effacer le passé dont nous dépendons, ce que nous conseille Anthony sans nous en donner les moyens.

L’hypnose ne fait que rajouter une couche à ces enregistrements inconscients, le stress étant ici d’accepter de se soumettre à la « volonté » de l’hypnotiseur, que ce soit en direct pendant une séance, ou en différé parce qu’on lit la suggestion « d’un autre » que nous, et qu’on l’accepte, ce qui entraîne ipso facto le suicide de notre intégrité spirituelle. Un pot de chambre n’est pas une image de Dieu parce qu’il est inconscient, mais les images de Dieu sont les seules entités à être conscientes, donc elles ne peuvent pas abdiquer leur conscience sans se suicider…

Ça peut marcher puisque nos automatismes marchent, mais ça peut aussi s’effacer, d’autant plus facilement que, par rapport aux automatismes enregistrés dans la vie courante, on a ici la date et le lieu où ça été implanté ! Et l’effacement peut se produire sans avoir besoin d’une technique particulière, il suffit d’attendre, en pratique une vingtaine d’années quand même, mais pendant lesquelles on aura été piloté par l’ordinateur de notre mental au lieu d’avoir vécu en pleine conscience.

Je vous vois venir : ça ne vous donne pas beaucoup plus d’idées pratiques qu’Anthony, mais attendez un peu, je vous ai promis une suite…

 

About

View all posts by