La thérapie du 21ème siècle sera-t-elle quantique, métaphysique ou simplement logique? (N°7 Principe)

La thérapie du 21ème siècle sera-t-elle quantique, métaphysique ou simplement logique? (N°7 Principe)

Votre mission, si vous l’acceptez, sera de trouver un lien exhaustif qui relie le Principe à la réalité quotidienne ! En pratique on va chercher quelles sont les fonctions évidentes qu’il doit réaliser pour avoir une considération convaincante de comment est fabriqué le monde (c’est à dire l’univers… et le reste) Et on verra en passant ce qui manque à notre Robert Anthony… qui reste notre prétexte !

« Charité bien ordonnée commence par soi même »

Comme j’en ai prévenu on va d’abord s’occuper de notre place dans le jeu.

On a vu qu’en tant que con-science, on pouvait réunir ce qui nous semblait séparé, le comprendre, l’assimiler. Et on remarque que ce savoir évolue au fil du temps.

C’est le signe de la possibilité d’une fonction d’enseignement au niveau du Principe. Et même plus, puisque nous pouvons aussi savoir ça, et donc que le Principe lui-même peut-être l’objet de notre savoir ! Je rappelle que ce Principe est la possibilité que TOUT ce qui est possible soit possible ! Donc si Anthony l’ignore, il se prive de quelque chose qui va lui manquer cruellement !

Maintenant qu’on est rassuré à notre sujet, occupons-nous du reste.

La fonction immédiatement visible, c’est la possibilité que quelque chose soit manifesté, mais il va falloir arrêter d’être piégé par le vocabulaire. Et plutôt que de parler de possibilité et de manifestation qui sont deux mots très fatigants à taper sur mon clavier, je vais utiliser le vocabulaire de certains philosophes, le passage de la puissance à l’acte. Ce n’est pas que « puissance » soit beaucoup plus court, mais c’est le cas de « acte ». Sauf qu’il reste à trouver le mot qui désigne « ce » qui passe de la puissance à l’acte et parce que le mot « chose » est très mal choisi puisqu’une chose exprime exclusivement ce qui est en acte, le « res » latin que l’on retrouve dans rés-ultat ou ré-alité.

Au point que si un musulman qui parle français dit qu’Allah est le « Vrai Réel », il vient sans s’en apercevoir de blasphémer en décrivant Allah comme une « chose ». Même problème pour le philosophe qui veut expliquer qu’une cause est plus « réelle » que ses effets, parce qu’elle leur est nécessaire et doit leur préexister, et leur survit.

La pirouette va consister à ne pas donner de nom à ce qui passe de la puissance à l’acte, parce que c’est ce passage qui peut se constater, et pas la « chose » qui n’est qu’en puissance…

La fonction qui fait passer de la puissance à l’acte, c’est la logique !

Au niveau de la puissance, on est au niveau de la cause, de la possibilité, de la « promesse » comme je l’ai dit, de quelque chose. Au niveau de l’acte, on est à l’effet de cette cause. Et ce passage de la puissance à l’acte n’est rien d’autre que le passage de la cause à l’effet. C’est à dire la Logique !

On a vu que pour pouvoir bouger, c’est à dire faire passer de la puissance à l’acte un lieu où on n’est pas encore, il va falloir aussi renvoyer à la puissance le lieu où on se trouve actuellement. Donc cette fonction de passage doit aussi être celle du passage inverse, du retour de l’acte à la puissance. C’est ce qui fait notre liberté de mouvement, mais au niveau du Principe, c’est le signe de la possibilité de la Liberté.

Anthony met l’accent sur notre liberté de choix, en oubliant un autre détail : une fois le choix effectué, on n’est plus libre car le choix nous contraint à une possibilité particulière qu’il va falloir pouvoir abandonner si on veut récupérer notre liberté. Si on choisit d’être bien portant on ne sera plus libre d’être malade, ce qui n’est pas une privation bien préoccupante, mais si c’est la liberté qui nous passionne, nous devons manifester dans la rue pour le droit à être malade, ce que font d’ailleurs tous les fumeurs…

Donc notre passage de la cause à l’effet n’est rien de moins ni de plus que la Logique et s’accompagne du passage inverse. C’est ce qui nous a permis de remonter au Principe.

On a une autre illustration de cette Logique, et on l’a vue, c’est la Vie elle même qui sacrifie ses formes pour en alimenter d’autres, comme on sacrifie notre localisation pour aller à une autre.

En fait, la Logique et la Vie ont bien l’air d’être la même chose, ou deux variétés de la même possibilité.

On a vu que les possibilités qui ne sont pas manifestées sont bien plus nombreuses que celles qui le sont, autrement dit, si chacun d’entre nous est à tous les endroits qui nous sont possibles et en même temps, il est aussi possible que notre système solaire soit légèrement encombré. Et il nous faut donc considérer une troisième fonction universelle dans notre Principe, c’est celle du choix dont on vient de parler. Autrement dit, il faut mettre de l’ordre dans tout ce foutoir.

Faisons un bilan, et en parlant d’ordre, mettons-en dans nos trois fonctions. Rappelez-vous que nous parlons de considérations, donc de ce que nous sommes libres de faire, et qui n’impliquent pas forcément une réalité ou une actualité comme avec les mm2 de notre plancher ? On va envisager l’ordre de nos fonctions en le représentant de façon chronologique puisque c’est une des façons dont la Logique se présente à nous, mais il est bien entendu que le temps fait partie de ce que le Principe fabrique, et lui appliquer cette notion de temps n’est qu’une autre considération issue de notre point de vue de consciences soumises à la succession.

Il faudra donc commencer par la fonction d’ordre ou de choix, pour décider quelles possibilités nous voulons manifester pour commencer. Puis ayant déterminé notre « liste » on pourra passer à la fonction de manifestation, celle qui s’occupe du passage de la puissance à l’acte. Et enfin s’occuper de nous, c’est-à-dire de nous mettre au courant pour que nous puissions savoir tout ça !

Bon, ben, on a tout ! Non ?

Ne faites pas trop l’ahuri, vous avez entendu parler de ces trois fonctions… Sous des noms un peu différents.

Dans on premier verset, Saint Jean commence par la deuxième qui est la plus évidente : la Logique, c’est d’ailleurs le mot grec : logos ! En précisant qu’elle se trouve dans Le Principe, ce qui est une façon élégante de l’appliquer d’entrée de jeu.

Donc : « Dans le Principe était le Verbe ! ». Puis Jean passe à la fonction d’ordonnancement : « et le Verbe était Dieu », mais il précise aussi « Et le Verbe était avec Dieu ».

Et la troisième fonction qui nous enseigne tout ? Jean en parlera bien plus tard car il l’utilise déjà pour nous raconter ce qu’il nous raconte…

Vous êtes surpris ? Alors vous ne suivez pas bien ce que je dis.

Tout ce que nous pouvons constater ou considérer vient de la « Possibilité Universelle » qu’on appelle « Le Principe » pour se servir du vocabulaire Johannique. Mais Le Principe n’a pas fabriqué QUE l’Univers, Il a fabriqué TOUT ! Dont les langages pour qu’on se cause et qu’il nous cause. Et cette transmission de son enseignement est proprement ce qu’Il appelle sa Tradition (c’est le même mot). Il y a beaucoup de langages, et il y a beaucoup d’expressions de cette Tradition. Puisque je sais que Le Principe est à la base de tout, je me suis laissé guider par Lui et si j’en ai choisi la forme chrétienne, c’est parce que, écrivant en Français, j’imagine m’adresser à des Occidentaux.

Je peux vous refaire mon speech en me basant sur les Védas Hindous, le Tao chinois, L’Islam, même en me limitant à l’Ancien Testament, ou en ressuscitant la Tradition Celte. Je me fiche complètement de choisir telle ou telle forme traditionnelle, puisqu’elles sont toutes issues du même Principe et manifestées par le même Verbe.

Et souvenez vous, le fait de pouvoir considérer n’implique pas que ce que vous considérez ait une réelle existence factuelle, simplement que vous pouvez le considérer ! Et ensuite, il faut examiner où ça peut vous emmener. C’est aussi le Principe qui a la possibilité de charger des consciences choisies de lui servir de porte-parole : les Prophètes ou les Avatars…

Ce fameux Verbe qui fabrique TOUT et depuis TOUJOURS est connu sous les noms suivants : Vishnou et Shiva parce que les Hindous différencient les deux sens de passage, le Log en Chine, Ruah Allah pour les musulmans, Ogmios chez les Celtes.

La prochaine fois, on essayera de passer en revue les conséquences de ne rien avoir compris à toute cette histoire… À vous revoir !

About

View all posts by