La thérapie du 21ème siècle sera-t-elle quantique, métaphysique ou simplement logique ? (N°9 Ibn Arabi)

La thérapie du 21ème siècle sera-t-elle quantique, métaphysique ou simplement logique ? (N°9 Ibn Arabi)

Pour la suite du feuilleton on va continuer sur nos considérations Trinitaires en utilisant la Logique qui en était notre première fonction pour en tirer tout ce qu’on va pouvoir. Ce qui permettra peut-être de découvrir pourquoi le Docteur Robert Anthony a eu du pot de trouver ce qu’il a trouvé, et pas de pot d’avoir raté le reste !

Quand nos désirs font désordre !

Notons tout d’abord, que notre deuxième fonction, celle du choix et de l’ordonnancement, n’a pas de mains pour prendre ni de pieds pour marcher. En fait pour qu’elle ait des mains ou des pieds il faudrait que la fonction de passage à l’acte lui en ait fait, puisque nous sommes la « preuve vivante » que de telles choses « existent », donc sont possibles !

En parlant de ces organes, en fait on parle d’un corps. Or, la fonction de passage à l’acte, le Verbe, a déjà obéi à son ordonnateur en manifestant la Vie, au moins au point de vue biologique puisqu’on l’a constatée. Ce qui suppose des corps, et des âmes pour les animer. En fait un seul corps et une seule âme, puisque la Vie n’est qu’apparemment multiple, parce qu’on s’arrête à la considération des formes qu’elle prend. Mais l’univers entier lui-même est animé, donc on peut aussi considérer une âme de l’univers, et envisager que la Vie concerne bien plus que les plantes et les bestioles.

Et en effet, les étoiles et les planètes se digèrent bien les unes les autres à une vitesse extrêmement lente par rapport à la biologie, mais constatable par le rayonnement solaire, et la chute des comètes et des météorites. Donc c’est l’Univers tout entier qui manifeste le Corps du Verbe, ce que l’Incarnation de ce dernier a indiqué à ses apôtres en leur donnant un peu à bouffer et en leur signalant de se souvenir qu’en mangeant leur nourriture, il s’agit de Son corps qui est sacrifié pour leur assimilation. Le liquide qu’Il leur donne à boire est aussi Son âme, Son sang, à cause de sa fluidité, et Il aurait pu indiquer que l’air qu’ils respiraient était Son Esprit, sauf que cet esprit ne se limite pas à la seule respiration comme on va le voir… (Il dira ailleurs que l’homme ne se nourrit pas que de pain, mais de toute parole divine…)

Ce qui fait que notre « fonction donneuse d’ordre », Dieu, reste bien à son niveau de manifestation spirituelle, pendant que Son Verbe Lui manifeste une âme et un corps. Parce que la Trinité n’est pas décomposable, aucune des trois fonctions ne peut se passer des deux autres, si on veut avoir de quoi fabriquer ce que nous constatons… En effet : que vaudrait un paquet de pures possibilités sans leur manifestation, ou des manifestations sans possibilité de les comprendre ? Ou la possibilité de comprendre sans qu’il n’y ait rien à comprendre ou quelque chose qui comprenne. Ou encore des manifestations en vrac et incompatibles entre elles, donc incompréhensibles, parce qu’elles n’auraient pas été choisies ? Donc ce corps et cette âme sont ceux de la Trinité, pas seulement ceux du Verbe, même si c’est Lui qui les fabrique.

Une remarque en passant… Avez-vous remarqué l’astuce du mot « ordre ». On l’utilise pour parler de « mettre de l’ordre » ou de « donner un ordre », et les deux sens sont curieusement assez peu différents.

« J’étais un trésor caché, et J’ai voulu être connu »

Ibn Arabi

Ce hadith, est qudsi pour les uns et d’origine douteuse pour les autres. Laissez ceux qui se croient musulmans s’en dépêtrer. Pour moi il a l’imprimatur de « Mohïddine Ibn ’Arabi », indifféremment le « plus grand des maîtres » ou le « fils (spirituel) » de Platon. En attendant, il décrit assez bien Allah comme « allant » du Principe (caché) à tout ce qu’Il manifeste (connaissable), autrement dit TOUT, autrement dit encore, véritablement : l’Infini ! Le « Allah » de l’arabe est donc un peu différent du « Dieu » du français… Ghazali en parle comme étant « avant, au dessus et après », ce qui est un excellent résumé !

Reprenons : parce qu’Il a un Verbe à sa disposition, Dieu peut faire plein de choses sans avoir de corps ni d’organes pour agir !

Pour l’instant, à notre sujet, on s’est contenté de remarquer que nous étions une conscience, mais examinons un peu plus profondément ! Ça n’est pas bien difficile de considérer, ou même de constater, que cette conscience a tendance à suivre un corps partout où il va se balader… Et qu’il considère même comme « le sien », quitte à aller jusqu’à se croire être son corps… Et que si nous pouvons commander plus ou moins la respiration de ce corps, il n’a pas besoin de nous pour faire circuler son sang. Il a donc, et nous avons donc aussi, une âme, avec des possibilités d’action sur ces deux éléments.

En tant que conscience, nous avons vu que nous pouvons être conscients et faire des considérations. Dieu, en plus, a l’air de pouvoir fabriquer, ou faire fabriquer… Parce qu’Il a Son Verbe pour le faire. Mais pendant l’épisode de l’Incarnation dont on parlait tout à l’heure, le Verbe Incarné a l’occasion de signaler à Pierre, qui refuse que son Seigneur s’abaisse à lui laver les pieds, que, précisément parce qu’Il est Son Seigneur, Il est au service des êtres humains qu’Il a produit ! Comme Il est au service du Dieu auquel Il obéit !

Nous avons donc en commun avec Dieu, de pouvoir savoir des choses, et de pouvoir commander au Verbe ! Dieu nous imiterait-il, ou le contraire ? Serait-on des consciences faites à son image ? Et cette image irait-elle jusqu’à nous munir d’un corps et d’une âme, comme Lui ?

Vous souvenez-vous que le Verbe nous a transmis que : « Sans Lui nous NE POUVONS RIEN FAIRE ? Non ? ben, c’est dommage…

Et pourquoi aurions-nous besoin de toutes les hypothèses abracadabrantes du Docteur Anthony avec ses « probabilités » quantiques dont nous aurions à décider des valeurs à leur donner alors que nous ne savons pas ce qu’elles vont « créer », pour garder sa phraséologie…

En plus, comme nous le verrons bientôt, même si on pouvait croire que la plupart de nos idées sont des « créations » personnelles, Dieu aussi peut « avoir » des idées à Lui que nous pouvons « copier » et reprendre à notre compte, comme Lui-même les a récupérées du Principe. Sauf que Lui le sait alors que nous, nous n’avons pas conscience d’être des plagiaires… ou des voleurs.

Puisque nous sommes « à Son image », nous devrions aussi savoir que nous nous alimentons exclusivement des Possibilités du Principe, comme Lui, et arrêter d’imaginer être tout-puissants et auto suffisants.

Surtout que Son Job est plutôt plus simple, puisqu’Il est Unique, alors que nous avons 7 milliards de concurrents…

7 milliards de Dieux, ça fait beaucoup pour un polythéisme !

Vous êtes bien plus puissants que vous ne le croyez mais votre puissance ne vient que du Verbe, pas de vous-même ! Ce qui apporte à la fois une confirmation de ce que Anthony croit avoir compris, et une sérieuse nuance à ce qu’il s’imagine en terme de « possibilités infinies » ; puisqu’il ne sait manifestement pas ce qu’est une possibilité (ou alors pourquoi parle-t-il de ses probabilités), et il ignore aussi ce qu’est l’Infini puisqu’il en parle à propos de choses qui en sont fort loin…

 

About

View all posts by