Organismes, Asservissements, Thérapies ! (14/Placebo)

Organismes, Asservissements, Thérapies ! (14/Placebo)

N’avais-je pas dit qu’on reparlerait de la causalité inverse ?

Supposons qu’on pense trouver la cause de l’Univers dans l’infiniment petit ! De fait, en dessous d’une certaine taille, tout a l’air de s’éparpiller. Et il est très probable (sans rapport avec le calcul des probabilités, juste un peu de logique…) qu’on ne soit pas loin de la cause, sauf que, comme c’est le résultat d’une expérience, il a l’air de se produire APRÈS l’expérience elle même ! Comme les physiciens sont étanches à l’idée d’intemporalité, ils en concluent à l’« inversion de la causalité ». Or une cause intemporelle, n’est par nature, pas localisable dans le temps. Ça ne choque pas ces gens qu’une particule qui se délocalise puisse se trouver partout où on essaie de la trouver, compte tenu qu’on ne saura jamais si elle n’est pas là où on ne la cherche pas ! Quant à l’identification des particules, j’espère que la préfecture tient leur fichier à jour, fiches S comprises !

Ce qui me ramène aux expériences du domaine quantique lors des « sorties du corps ». Cette dénomination qui bénéficie d’un label au niveau des possibilités de compréhension des physiciens moyens, n’évoque que l’aspect de localisation spatiale de l’esprit, et je ne suis pas sûr que quelqu’un ait fait attention à la possibilité de se délocaliser aussi DANS LE TEMPS ! Et dans l’avenir comme dans le passé.

J’ai fait l’expérience de toutes ces possibilités et j’ai vécu un bon bout de temps avec des gens qui faisaient ces délocalisations continuellement.

La dernière expérience de la vidéo The Living Matrix illustre bien le décalage dans le futur des consciences des cobayes par rapport à l’apparition de l’image sur leur écran, sans nécessairement le raconter comme je viens de le faire !

Les gens polarisés par le fait que leurs pensées se réalisent s’appellent aux USA des « manifesting mentors ». Évidemment ils proposent surtout que votre pognon jaillisse de partout, pourtant, comme ils ne citent jamais les résultats de leurs clients, j’ai tendance à ne pas trop les suivre. D’autant qu’il s’agit moins de faire que les pensées se manifestent par « pure magie » que de l’utilisation de méthodes hypnotiques et auto-hypnotiques dont j’observe continuellement des effets secondaires… autour de moi ! Si, si !

La donnée de base, est l’assurance du Verbe que sans Lui nous ne pouvons rien faire parce que c’est Lui qui fait tout, toujours !

Autrement dit, chaque pensée portant sur le résultat d’une action est MANIFESTABLE, comme les manips sur la météo.

Alors pourquoi ça ne marche pas toujours ? Ce à quoi les mentors en question n’ont pas de réponse !

Le Verbe « obéit » à l’intégralité de nos pensées pour qu’on puisse construire notre propre univers. C’est donc la TOTALITÉ de nos pensées que le Verbe va manifester, pas seulement la dernière qui nous intéresse en ce moment. Comme je l’expliquais à propos de la météo : si vous avez décidé, un jour quelconque, et probablement dans votre petite enfance, parce que quelqu’un vous l’a dit, qu’on ne peut pas agir sur le temps qu’il fait, vos tentatives pour agir sur la météo ne fonctionneront pas.

La quasi totalité des gens qui ont des facultés dites parapsychologiques comme la lévitation et la psychokinèse sont des gens incultes, qui n’ont donc pas été influencés par des profs, ou des parents, qui leur ont dit que c’était impossible, ce que m’a fait découvrir une copine !

Elle faisait se déplacer les objets comme ça l’amusait, et quand je lui ai dit que je n’avais expérimenté que mes possibilités d’agir sur des mouvements en cours (en particulier lors d’un atterrissage impossible en planeur, dont on reparlera), ou le mouvement de boules de flipper, elle m’a dit que je croyais trop à ce que j’avais appris en physique.

Or il se trouve que si j’accepte le principe d’inertie, j’envoie paître l’accélération complémentaire de Coriolis qui ne m’a jamais intéressé ! J’ai même réussi à démontrer à un prof de physique en Taupe que l’accélération de Coriolis était nulle pour une boule qui se déplaçait le long d’une spirale sur un hyperboloïde de révolution. Et scotché par ma démo le prof n’a même pas eu le reflexe de dire que c’était impossible (même invraisemblable, puisque cette accélération n’est nulle QUE pour un mouvement linéaire uniforme !) et m’a renvoyé à ma place avec un 18/20 ! C’est un des élèves qui a rouscaillé la semaine suivante… Mais le prof, vexé, n’a même pas osé changer ma note !

En tout cas l’indication de la copine avait vraiment du sens pour moi et je devrai me contenter d’agir sur des mouvements en cours jusqu’à la fin de mes jours à moins que j’arrive à effacer ce qui m’empêche de les provoquer…

Le plus étonnant c’est que cette copine était loin d’être inculte, mais elle avait décidé de ne pas tenir compte de ce que lui racontaient ses profs. C’est ce qui lui a sauvegardé ses capacités parapsychologiques ! J’ai aussi eu un pote, pas illettré du tout non plus, qui réparait une bagnole ou un appareil électromécanique simplement en les regardant. Les voyages avec lui étaient un vrai plaisir : « Il y a une cochonnerie dans le carbu ! » « Bon ça se répare vite ! » « Oh, c’est déjà fait !!! », et la bagnole repart.

À part son côté hypnotique, c’est aussi le fonctionnement de la méthode Coué : « Je vais de mieux en mieux chaque jour et à tous les points de vue » ! Prendre 3 répétitions tous les matins…

Un effet qui plait beaucoup : le placebo

Et pour cause, ça veut dire « je plairai » en latin ! Ça, c’est du pur quantique et ça peut prendre toutes les formes que l’on veut. Par exemple, combien de fois en entendant le nom d’un médicament qui pouvait me soulager d’un truc quelconque, j’ai été soulagé instantanément ?

Par exemple encore, un mien ami pharmacien prenait dans sa boutique le médicament idoine, en mettait la boîte sur sa table de nuit et la redescendait intacte le lendemain matin pour la remettre sur son étagère : il était guéri !

Tout peut être l’objet d’un effet placebo : le simple fait d’aller voir un médecin qui vous plait peut suffire ! Le problème reste entier : comment faire si ça ne marche pas ?

D’abord, si vous voulez jouer à ça, faites en sorte que personne d’autre n’y joue. Modifier le temps qu’il fait, implique d’interférer avec l’univers de tous les gens dans le secteur et pourtant ça marche ! Parce que personne ne croit qu’on puisse le faire, et vous n’aurez pas de concurrent. Mais si vous êtes dans un embouteillage et que vous voulez vous en sortir, vous aurez l’impression d’avoir beaucoup d’opposition. Et pourtant ça n’est pas forcément vrai.

Un jour avec mon pote réparateur de tout ce qu’on veut, on était dans un embouteillage avec sa fille de 5 ans assise à l’arrière. Le pote a décidé d’apprendre à sa fille comment dégager la route : « Qu’est ce qu’il faut faire ? » « Tu décides qu’on roule ! » «  C’est facile », et pshhhhh !!!! Ça c’était le bruit de la bouteille qui se débouchait.

Explication : La fille vivait à la campagne, donc elle n’avait pas de vécu d’embouteillages passés, et n’avait donc aucune décision contraire à celle d’avancer puisque ce domaine lui était vierge. Mais elle prouvait en même temps que personne dans l’embouteillage n’avait décidé de rester coincé. En fait pour tout un chacun, les embouteillages c’est comme les orages : ça peut arriver et on n’y peut rien. Donc un bout’d’chou qui décide qu’on avance aura nécessairement l’accord de tous les gus de la route qui se sont trouvés coincés sans l’avoir vraiment décidé, ni du contraire d’ailleurs. Sauf que vous avez probablement plus de 5 ans et une grosse expérience de ce genre de situation.

Alors essayez mon truc perso ! Passez mentalement en revue toutes les raisons qui font que vous considérez l’embouteillage comme « normal », genre : « C’est la sortie des bureaux ! », ou « C’est toujours comme ça ici ! », ou « C’est normal les gens conduisent comme des ploucs ! ». Vous trouverez bien tout seul ! Normalement vous ne devriez pas tarder à rouler, et si ça ne marche pas, ça vous aura au moins fait passer le temps… J’insiste sur le côté ludique du quantique !

Le processus ci-dessus tend à vous décoincer des pensées associées à votre problème. Il y a des versions plus « raides » comme celle que j’ai utilisée pour poser mon planeur en dépit de toutes les lois de l’aérodynamique et de la mécanique du vol ! Pendant mon dernier virage pour m’aligner avec la piste, j’ai rencontré des « rabattants », des courants descendants si vous préférez. Comme j’étais distrait, j’ai tiré sur le manche pour remonter, puis je me suis rendu compte que j’étais dans un planeur, sans moteur pour me tirer vers le haut… pendant ce temps de cafouillage, mon planeur était arrivé à peu près à 5 mètres du sol et ma vitesse aussi était tombée, or on se pose face au vent…, ce qui n’est pas un problème a priori, et je m’apprêtais à choisir un coin pour me poser quand je me suis souvenu d’un « détail ». Si on « fait une vache » (en clair on se pose ailleurs que sur l’aérodrome), il faut payer le champagne à tout le club ! Horreur ! Pas question que j’impose ça à ma maman !!! Le terrain de Blanche Roche à côté de Saint Malo est sur une petite colline et j’étais 5 mètres au dessus de la pente qui y mène. Donc il était au-dessus de moi ! À 14 ans, en bon citadin, je n’avais jamais entendu parler de parapsychologie ni de magouilles quantiques, mais j’ai brutalement décidé que je ne voulais plus entendre parler de ce que je savais de l’aérodynamique et de la mécanique du vol pour aller me poser sur le terrain « comme d’habitude » ! Je me souviens d’avoir été un peu surpris de sauter trois haies successives, puis surtout les fils téléphoniques, le long de la route qui bordait le terrain, et encore plus d’avoir été amené à une altitude telle, puisqu’ils étaient beaucoup plus haut que les haies, et que j’allais vraiment pouvoir me poser « comme d’habitude » au droit d’une balise à une trentaine de mètres du début de piste ! C’est à ce moment que je me suis dit qu’il y avait un « truc pas normal », preuve que toute ma culture aéronautique n’était pas tout-à-fait oubliée puisque je ne serais pas attendu à être si haut. J’ai longtemps mis un mouchoir sur cette aventure jusqu’au jour où j’ai appris que la psychokinèse et la lévitation étaient possibles ce qui m’expliquait enfin ce qui s’était produit.

On peut donc décider de tout oublier, sauf que c’est la seule fois que ça a donné quelque chose en ce qui me concerne.

On peut aussi invoquer un truc quelconque pour changer le référentiel que le Verbe va utiliser pour agir de façon cohérente avec nos pensées.

J’ai longtemps pensé que c’était le mode de fonctionnement des magiciens et des sorciers, et je ne suis toujours pas vraiment convaincu d’avoir tort. D’après leurs grimoires, ils doivent faire tellement de trucs tordus pour obtenir des résultats et qu’ils ne soient plus dans notre univers « normal ». Si vous invoquez le « démon trucmuche », dont on vous a dit qu’il faisait des choses extraordinaires, votre référentiel de pensée va se situer dans l’univers de trucmuche, ce qui permettra l’accomplissement de ce que vous désirez. On peut créer plus d’un univers !

Je ne commerce pas avec les démons, ni les anges, d’ailleurs, mais ça m’est arrivé par jeu d’invoquer des trucs stupides et de voir le résultat se produire. J’associe ça avec le fait de ne plus rien savoir de quelque chose, puisque  invoquer un bout de gruyère vous place manifestement dans un référentiel où vous n’avez pas mis grand chose, donc vous sort de votre référentiel habituel. Et où tout est donc encore possible…

Mais on va garder la fin pour… la fin en vous laissant en rêver d’ici là !!!

About

View all posts by