Organismes, Asservissements, Thérapies ! (19/Sauvetage)

Organismes, Asservissements, Thérapies ! (19/Sauvetage)

Résumé de l’épisode précédent. Ayant constaté que les asservissements (les régulations) sont ce qui permet au monde de tourner rond, on cherche à s’en inspirer pour arrêter notre chute dans la niaiserie.

On a vu qu’un asservissement cherchait à rendre vrai son but, et c’est pour ça que j’appelle ce but la Vérité de l’asservissement.

Il semble que le but des êtres humains, du moins de leurs esprits, parce que le but des corps est de survivre jusqu’à leur mort une fois qu’ils ont été conçus, ce dont ils s’occupent fort bien ; notre but en tant qu’esprit, disais-je, est la Sagesse, la compréhension de la Vérité !

Puisque nous espérons trouver le chemin de la Sagesse, pourquoi ne pas se référer au volume du même nom, qui nous a été communiqué par notre Fabricant il y a quelques siècles.

Et pour imiter les asservissements, au lieu d’étudier les erreurs, concentrons-nous sur la Vérité dont elles se séparent, et évitons d’essayer des les corriger en rétablissant plutôt les choses dont elles divergent.

« Quand les bases sont perdues, que peut le sage ? »

Effectivement : Et si le sage est paumé, que pouvons-nous espérer, nous qui ne sommes pas sages ?

Autrement dit, pour suivre ce conseil, il faut, semble-t-il, déjà rétablir les bases.

Si les messages du Fabricant de l’univers sont logiques, les bases qu’Il nous indique doivent se trouver au début de Ses textes.

Puisqu’on a pu avoir l’impression dans le dernier épisode, que Saint Jean avait effacé quelques siècles de cafouillage hébreu (rappelons qu’ils n’avaient même pas reconnu Leur Messie malgré toutes les prophéties messianiques dont ils avaient bénéficié), examinons les mots de son premier verset, en grec !

Ἐν ἀρχῇ ἦν ὁ λόγος, καὶ ὁ λόγος ἦν πρὸς τὸν θεόν, καὶ θεὸς ἦν ὁ λόγος !!

Et pour qu’on puisse le lire, ou le prononcer, plus facilement, translitérons-en les caractères en alphabet latin :

En arche en ho logos kai ho logos en pros ton theon kai theos en ho logos !!!

Et, encore plus simple en traduisant les mots comme « arche » et « theo- » qui peuvent l’être par « Principe » et « Dieu » et les accessoires linguistiques qui permettent de construire des phrases… :

Dans le Principe, était le Logos, et le Logos était Dieu, et le Logos était avec Dieu !!!!

En fait le mot « Dieu » lui même est assez vaseux puisqu’il vient du sanscrit Deva qui ne veut dire que « Ange ». On ne devrait donc parler que d’« un dieu », mais la façon de parler de Jean a l’air d’impliquer que Celui-ci est unique, comme son Logos. Alors tenons compte du contexte plutôt que de faire des pinaillages d’érudits ! Et le contexte nous guide vers le fait que nous parlons du Principe des Anges, qui lui, est évidemment unique.

Vous avez peut être remarqué que je n’ai pas traduit Logos parce que son « équivalent » français, Verbe, est aussi un peu tiré par les cheveux comme on va le voir. Et de toutes façons lui aussi doit être envisagé au niveau de son Principe.

Les protestants qui prétendent s’en tenir aux termes exacts ne se sont même pas aperçus que leurs traductions utilisent des termes erronés et en donnent le début sous la forme : « Au commencement était la parole » !

Malgré tout le respect que je leur devrais, et dont je ne suis pas sûr qu’ils le méritent, c’est un festival d’âneries…

Déjà une « parole » n’est pas un simple bruit, c’est une articulation de sons organisés conventionnellement en fonction d’un langage « légèrement prédéfini », donc précédant la parole en question… En plus cette parole doit être prononcée par quelque chose qui n’existe pas encore puisque nous n’en sommes qu’ « Au commencement ! ».

Et avant même qu’on puisse parler de commencer quelque chose, encore faudrait-il que ce qu’on veut commencer soit possible. Autrement dit nous sommes ramenés au Principe dont Saint Jean nous parle et qui est la possibilité de ce commencement et de ce qui va s’en suivre…, puisqu’il ne s’agit que d’un « commencement » de quelque chose d’autre !!!

Même pour nous qui n’avons que nos propres petits univers à construire, avant de commencer, il faut se préparer !!!

On trouve aussi dans ce Livre de la Sagesse une suggestion de mode d’emploi :

« Examinez toutes choses »

Que Saint Paul complétera en ajoutant « Et tenez-vous en à ce qui est vrai ! »

Parlons donc de cette préparation !

N’est-ce pas ce que vous faites quand vous faites vos courses de la semaine ? Avant de partir, vous faites une liste des choses qui manquent et que vous voulez faire exister dans votre petit univers dont on parlait !

Par exemple, des patates, des pneus neige, du schnaps, des épingles à cheveux, un téléférique de jardin en kit et un PES&H (Politicien Efficace, Sérieux et Honnête !) ! Puis une liste des endroits où vous pourrez trouver ces éléments. Par exemple pour les pneus, il vous faudra un garage, pour le téléférique, un vendeur de téléfériques, les Politiciens quant à eux sont les animaux qu’on trouve dans des SPA (Société pour la Prolifération de l’Arrogance !), le reste devant pouvoir se trouver dans votre supermarché favori.

On voit tout de suite une difficulté !

Encore faut-il que votre liste corresponde à des possibilités réelles ! Par exemple, faites toutes les SPA que vous voulez, vous ne trouverez pas de PES&H ! Donc inutile de garder ça dans votre liste.

De la même façon, vous savez bien qu’un téléférique est une possibilité puisque vous en avez vu. Mais le modèle de jardin en kit a été oublié par les fabricants de ce genre d’engin. Il faut donc retirer aussi ce qui n’est pas disponible pour l’instant, même si la possibilité en existe.

Ça nous laisse avec deux endroits : un supermarché et un garage !

Si vous ne notez pas vos deux listes (les items et les adresses) sur un bout de papier et que vous vous contentez de les mémoriser dans « votre tête », votre mental ou votre esprit, personne ne verra ce que vous avez l’intention de faire pour votre univers, en particulier personne ne verra les pneus puisqu’ils ne sont pas (encore) là !

C’est l’occasion de nettoyer une autre baliverne : au moment de leur préparation, aucun des éléments n’existe encore. N’est visible si vous préférez. Un pneu réel a bien une existence sous forme d’un bout de caoutchouc armé, mais le mot « pneu » de votre liste n’est qu’un mot qu’on ne pourra jamais monter sur la roue d’une voiture !

Autrement dit, le Principe de Jean n’existe pas non plus, il n’est que le préliminaire LOGIQUE pour que le commencement et son développement aient lieu.

Quand vous faites vos courses, c’est VOUS l’agent LOGIQUE qui fait passer des mots aux choses, des idées à la réalité (du latin res, qui veut dire chose), de la possibilité (puisque vous en connaissez même les noms), à l’existence (ex-stare, se tenir à l’extérieur, être « visible » !)

Il faut donc (logiquement) un autre agent logique pour faire passer ce qui est dans le Principe à un commencement réel d’un monde qui, lui, va exister ! Cet agent LOGIQUE est bien sûr le Logos, comme son nom l’indique et il est nécessairement (logiquement) lui-même « dans » le Principe pour que le commencement et l’univers subséquent aient lieu !

Ce passage est une action : l’action de passer d’un état « potentiel » (la possibilité), à un état actuel ou manifesté (la chose elle-même). Et la possibilité de cette action, de ce changement, est le résultat de la Logique, du boulot du Logos !

Or les types de mots qui dénotent une action dans le langage sont précisément les verbes. Ce qui peut justifier la traduction usuelle de Logos par « Verbe »… Mais on revient de loin !

Vous noterez que cette possibilité du Verbe correspond aussi à la possibilité d’un changement –comme nous pouvons l’expérimenter par les déplacements, un genre de changement spécial, dans notre univers physique–, sans qu’un changement logique ait besoin d’espace et de temps comme les mouvements physiques dont on vient de parler.

Pour la vie courante, les changements prennent du temps, sont chrono-logiques. Or au niveau de la Logique pure et du Principe, les changements n’ont pas besoin de temps pour se produire : ils sont dans l’é-ternité (« en dehors » du temps, le contraire de la perpétuité) !

Revenons à nos courses. Vous savez que les patates et les pneus peuvent exister mais vous savez aussi où ils sont possibles à trouver. Il s’agit d’un autre type de possibilité : on ne parle plus de CE que c’est mais D’OÙ on peut le trouver !

Vous voilà donc avec vos deux kilos de patates (un kilo de bintje et un de patates douces), vos trois bouteilles de schnaps, et vos paquets d’épingles à la sortie de votre supermarché !

Vous venez, vous aussi, de faire passer des possibilités aux choses qu’elles représentaient !

Aurait-on oublié quelque chose ? De dire par exemple que vous ne vouliez pas TOUTES les patates du magasin parce que votre appartement n’est pas assez grand, de la même façon que vous ne ramasserez pas TOUS les pneus du garage qui ne tiendraient pas dans le vôtre.

Autrement dit vous venez d’accomplir une deuxième opération LOGIQUE, la sélection des possibilités pour que vos emplettes aient un sens dans le cadre de votre petit univers.

Et de constater que les possibilités sont bien plus nombreuses que la « réalité » que vous en voulez, ce qui a nécessité un tri, un choix !

Nous en sommes maintenant à la deuxième partie de Jean : « Et le Logos était Dieu ». Qui est même précisée par la suite « Et le Logos était avec Dieu ».

Et pas « à côté » comme le voudraient les protestants qui imaginent de l’espace alors qu’on n’a pas encore commencé quoi que ce soit ! Puisqu’ils parlent de proximité !

Donc Dieu est à la fois un Logos, un aspect de la LOGIQUE, et également distinct du Logos proprement dit et de sa fonction de passage du possible au réel.

En fait, en choisissant vos patates, vous avez agi « comme Dieu » en « ordonnant » ce que vous allez réaliser car VOUS cumulez les deux fonctions logiques du Logos et de Dieu ! À votre niveau bien sûr, mais ça peut expliquer certains comportements dérapants…

Ça ne vous rappelle pas une autre déclaration selon laquelle nous, humains aurions été fabriqués « À l’image de Dieu » ?

Même si Saint Jean annonce Dieu après son Logos, la sélection (l’ordonnancement) des possibilités chaotiques du Principe doit précéder la fabrication, si on veut éviter de fabriquer un chaos !

C’est probablement pour ça que Dieu est le Père et que Son Verbe est Son Fils !

La logique seule suffirait-elle à rendre compte de tout ce qui existe ?

Quoi d’étonnant à ce que vos achats soient une image de la fabrication de l’univers puisque depuis le Principe, tout est fait selon une logique unique (nécessairement, si la Logique est à la base même de l’univers depuis avant même son commencement…).

Pensez-vous que cet examen d’une demi-douzaine de mots grecs ait pu vous donner des bases sérieuses pour comprendre le reste ?

Comprenez-vous pourquoi, si votre paradigme (votre vision du monde) n’inclut ni le Principe, ni le Verbe, ni Dieu, ou les inclut sans les comprendre ou les connaître, votre paradigme lui-même manque de logique, même de TOUTE la logique (puisqu’on ne peut pas en faire des morceaux) et que si vous vous y fiez ou que vous vous fiez à un copain qui a un paradigme aussi boiteux, vous n’êtes pas prêt d’avoir des pensées cohérentes avec la réalité de l’univers ET de sa Source !

En fait vous êtes condamnés à raconter des billevesées rationnelles, basées sur des suppositions…

Commencez-vous à percevoir à quel point votre vision des choses est à l’ouest  ? Faute d’avoir commencé par en examiner les bases, les causes, le Principe ?

Et on va enfoncer le clou dans notre prochain épisode…

About

View all posts by