La thérapie du 21ème siècle sera-t-elle quantique, métaphysique ou simplement logique ? (N°38 Blocages)

La thérapie du 21ème siècle sera-t-elle quantique, métaphysique ou simplement logique ? (N°38 Blocages)

Ai-je des raisons de douter que vous soyez sorti de l’épisode précédent sans avoir compris pourquoi le nom grec du Verbe, logos, nous avait donné celui de la LOGIQUE ? Si oui, relisez-le et évitez de rater des marches !

Comme on l’a évoqué, un principe peut souvent se manifester de façons différentes suivant les domaines concernés. Alors examinons ce logos et cette logique !

Fondamentalement le logos c’est ce qui relie, met en rapport, une possibilité avec une manifestation. Dans la mesure où cette possibilité est considérée (on a parlé des considérations, il n’y a pas si longtemps), comme pré-parant ses manifestations, une des manifestations du logos, est le temps, comme on l’a vu, où les événements se succèdent chrono-logiquement.

Ce qui ne veut pas dire que toutes les relations soient la manifestation du seul logos ! Par exemple, la chronologie n’a rien à voir avec le fait qu’un principe manifeste son effet : on n’a pas besoin de temps pour cela. Et il n’y en avait d’ailleurs pas avant que le temps lui-même soit manifesté. C’est pour ça que la recherche fébrile de causes temporelles par les scientifiques est si futile, comme le montre la conclusion de Costa de Beauregard à propos de sa « causalité inverse » !

La raison humaine aussi est considérée comme une manifestation du logos. Et c’est vrai qu’elle établit des rapports, mais entre quoi ? Entre nos considérations, dont on a vu d’elles pouvaient porter sur n’importe quoi. Ici encore, on est loin d’une relation précise de cause à effet.

De toute façon, les causes que nous identifions, ou que nous croyons identifier, ne sont que ce que nous considérons comme telles, et les effets également ne sont que nos considérations. Il me semblait que nous avions vu qu’il était prudent de demander les lumières de l’Esprit Saint pour savoir évaluer la validité de nos considérations ! Mais comme je l’ai fait remarquer, s’il y a quelque chose dont tout le monde se fiche, c’est bien de ce « Saint Esprit » ! Alors faut-il s’étonner que nous soyons noyés dans des océans d’absurdités dont les plus visibles sont les doctrines politiques et morales, et les moins visibles concernent la science et les maths, parce que personne ne pense à les examiner…

La réalité de nos « images divines » les fait paraître bien surexposées et très floues : elles sont très lumineuses mais on n’y voit rien !

Et alors : ces blocages ?

Repartons de notre expérience renversante du déplacement de notre écran. On a vu qu’il consistait à renvoyer au niveau potentiel sa localisation de départ pour rendre actuelle celle où on veut le placer.

Si on ne sait pas renvoyer la position initiale de l’écran à l’état potentiel, l’écran qui se trouvera à la place finale sera un autre écran ! Et si chaque déplacement implique la manifestation d’un nouveau truc… c’est les commerçants qui vont être débordés !

Or cette « disparition » et cette nouvelle manifestation sont simultanées, et d’un autre côté, ces deux événements concernent la relation entre le potentiel et l’actuel ce qui est le domaine du Verbe lui-même ! Donc, si on est bloqué pour faire bouger l’écran, c’est qu’on n’a pas « demandé » au Verbe de le « démanifester » ! Les Hindous considèrent ces deux aspects sous des noms différents : Vishnou pour manifester, Shiva pour « possibiliser » (détruire, si vous voulez parler comme tout le monde !) Je n’ai pas d’indications à fournir pour expliquer cette différence de point de vue indiquée par leur Buddhi ! Une nouvelle indication de la liberté dont on jouit pour nos considérations, peut-être !

En pratique, si quelque chose bloque un changement, c’est parce qu’on n’annule pas la situation courante !

Blague à part, c’est une indication que Anthony et sa troupe ne sont pas prêts d’avoir et qui handicape sensiblement leur efficacité, d’autant qu’ils mettent un peu trop d’accent sur le fait qu’on se fiche du passé qui nous bloque et qu’on n’a qu’à le négliger, ce qui ne risque pas de l’effacer puisqu’ils n’évoquent même pas la possibilité de considérer qu’on en est libre sous une forme que le Verbe puisse prendre en compte.

Car ce Verbe est d’une précision redoutable : vous savez l’épée à double tranchant qui est venu apporter le glaive et non la paix… (Mat. 10:34)

L’écran que vous voulez déplacer est à la place précise où il se trouve, et c’est précisément CELUI-LÀ dont vous voulez modifier l’emplacement.

Vous constaterez facilement qu’il est très difficile de déplacer un écran à partir d’un point où il ne se trouve pas !

On peut s’obstiner (par l’hypnose notamment) à vouloir que les choses ne soient pas ce qu’elles sont, mais l’expérience montre que, quand on en est convaincu, la « dure réalité » nous sort de notre rêve, comme les clients des hypnotiseurs du XIXème siècle qui voyaient revenir leurs verrues s’ils ne mourraient pas assez vite !

Bon, mais c’est pas un écran coincé qui me rend malade

C’est pas pour dire, mais je vous sens un peu râleur aujourd’hui !

Dois-je aussi douter que vous n’avez pas percuté que les pratiques quantiques concernent le jeu avec des considérations toutes fraîches issues de votre esprit. Si c’est le cas, relisez les épisodes en sens inverse jusqu’à ce que vous soyez sûr d’avoir compris ça !

Récapitulons pour ceux qui suivent encore…

On considère un truc en imaginant qu’il est « réel », c’est-à-dire en ayant l’intention qu’il se manifeste. Il suffit que cette manifestation soit possible pour que le logos, obéisse. Et à partir de ce moment, ce qui a été considéré va se manifester. Ça peut être très progressif, on ne choppe pas un cancer en phase 12 à la première cigarette ! Mais la décision de fumer, elle, va se manifester à chaque nouvelle cigarette jusqu’à ce que le cancer dont vous vous moquiez vous prenne aux tripes !!

Vous pouvez donc guérir votre cancer en annulant le mépris que vous avez pour lui ?

Ah, si c’était aussi simple…

L’écran que vous voulez bouger est à une position précise, et tant que vous ne la connaissez pas précisément, vous ne pourrez pas le bouger, parce que le Verbe ne saura pas de quoi vous parlez ! Or la position des objets solides est assez facile à repérer, c’est pour ça qu’on peut autant les déplacer.

Mais votre mépris du cancer, c’était quoi : « Ah ! Ça m’fait pas peur ! », « Il y a que les crétins qui soient malades ! », « De toute façon je suis pas d’une famille à cancer… ! », «  Si fallait se priver de tout ! », « Le plus ennuyeux pour la poitrine, c’est quand un autocar vous rentre dedans… », « La médecine le guérira la semaine prochaine ! », « Si il faut croire tout ce que racontent les journalistes… »…

Alors, votre considération se trouve-t-elle dans les énoncés ci-dessus ?

Et puis votre cancer ne vient peut être que des conséquences de votre considération de fumer ! « Je veux faire comme Georges ! », « Si je fume pas, je vais avoir l’air d’une cloche !, « Allez, je vais fumer une cigarette » ! Attention à ce que cette dernière considération entraîne : « UNE » cigarette ne veut pas dire : « cette » cigarette qu’on vous tend ! À chaque cigarette votre considération vous fera fumer UNE cigarette ! Et cette considération ne finira qu’à votre mort ! Parce que pour ce qu’on en sait les cadavres sont non fumeurs… sauf pendant l’incinération !

Le gars dont vous lisez la prose est un fumeur repenti, donc, pour une fois (!), je sais de quoi le parle. Un beau jour je constate que mon budget tabac m’empêche de faire bien d’autres choses et je me suis demandé : « Pourquoi je fume ? » Réponse : « Parce que je m’emm… ! » ! Nouvelle considération : « Je m’emm… plus » et ça devait être la bonne réponse, parce que j’ai éteint celle que j’avais au bec et refilé le reste de mon paquet à un copain… et c’était fini ! Je suis même sûr de ne plus être « concerné » par le tabac, parce que je n’en suis pas dégoûté non plus : il m’est arrivé depuis 60 ans de fumer au moins 8 cigares… !

Mais je peux vous dire que j’ai eu de la chance de tomber sur la solution du premier coup ! J’ai eu, 15 ans plus tard, l’occasion de faire pratiquer le même exercice à tout un tas d’autres et ils ont tous dû chercher un certain temps ! Attribuons ça à la chance du débutant, d’autant que je n’ai connu ce dont je vous parle que bien des années plus tard, comme je le disais !

Le plus étonnant c’est qu’il ya des façons de se débarrasser des considérations qui nous bloquent sans les connaître ! Malgré tous mes conseils de « précision », et grâce à la malédiction ambulante que nous allons étudier la prochaine fois !

Vous remarquerez que d’après son titre cet épisode concerne les blocages, et non leur solution… Je vous ai bien eu ? C’est bien ce que je disais, vous êtes grincheux !

En attendant vous en savez suffisamment à propos de ce qui vous bloque et vous avez jusqu’au numéro 39 pour trouver comment vous décoincer… y compris de votre bouderie !

About

View all posts by