Les Nuages du New-Age (N°4 Angoisse)

Les Nuages du New-Age (N°4 Angoisse)

Angoisse…

Suivant depuis quelques années la progression irrésistible du New Age, je constate que si les thèmes changent très peu, les astuces de présentation sont de plus en plus convaincantes et mieux fichues.

Je vais vous offrir une citation un peu longue du Tome 3, tout à fait représentative du marais littéraire de nos deux Neale (c’est Neale-God qui parle) :

« Il n’y a ni victimes ni bourreaux. Tu ne peux comprendre cela de ton point de vue limité, mais crois-moi il en est ainsi. Il n’y a qu’une raison d’être, de faire ou d’avoir quoi que ce soit – c’est d’en faire une affirmation directe de qui tu es. Si ce que tu es en tant qu’individu ou en tant que société est qui tu choisis d’être et qui tu veux être, tu n’as aucune raison de changer quoi que ce soit. Si, par contre, tu crois qu’une expérience plus grandiose attend d’être vécue – une expression de la divinité encore plus grande que celle qui se manifeste actuellement -, alors passe à cette vérité. Puisque nous sommes tous en co-création, il peut nous être utile de faire de notre mieux pour indiquer aux autres la voie que certaines parts de nous désirent prendre. Tu peux montrer la voie, en faisant la démonstration de la vie que tu aimerais créer et en invitant les autres à suivre ton exemple. Tu peux même dire : « Je suis la vie et la voie. Suivez-moi. » Mais sois prudent. Certaines personnes ont été crucifiées pour s’être permis de telles affirmations. »

Les références à Jésus, qui n’est jamais appelé le Christ dans tout le livre, sont tout à fait claires, mais puisqu’il n’y a « ni victimes ni bourreaux », à quoi peut donc avoir servi Son Incarnation (celle du Christ parce que Jésus n’est que le nom de l’incarnation elle-même…) ?

J’aime aussi beaucoup l’expression « certaines parts de nous » !

Quand au leitmotiv violoneux de « l’expérience la plus grandiose », je vous revoie au Corbeau et au Renard ! Surtout qu’une « grande expression de la divinité se manifeste déjà actuellement » !!!

La différence fondamentale entre leur charabia et la métaphysique tient à la deuxième confusion que nous avons évoquée. Tout ce qui est dit dans ce dialogue serait vrai au niveau métaphysique, s’il s’agissait justement de ce niveau-là. Mais la simple histoire de l’inversion au niveau divin suffit pour que TOUT SOIT FAUX.

L’idée que Dieu avait besoin des hommes pour « améliorer » sa « création », elle aussi, est loin d’être nouvelle ! Et, comme à propos de l’oubli de Crowley, je m’étonne que Neale-God n’ait pas cité Teilhard de Chardin, qui a donné le nom de « point Oméga » au moment où Dieu décidera qu’il aura obtenu un résultat parfait grâce à tous ses alter-ego humains, ce qui a considérablement alimenté le Concile Vatican II, comme Neal-man n’a pas l’air de le savoir ! Neale-God non plus, mais il ne sait rien de plus que Neale-Man, de toute façon !

La métaphysique authentique traite de tout ce qui est abordé dans les Conversations avec beaucoup plus de discernement. S’il est vrai qu’au niveau spirituel le « mal » n’existe pas, sa possibilité existe bel et bien pour que le mal lui-même existe aux niveaux inférieurs (psychique et physique) en tant que variété relative du Bien. D’autre part le Neale-God se mélange les pinceaux à propos du péché originel en déclarant que la Bible présente l’homme comme fondamentalement mauvais.

Le mot « originel » ne s’applique qu’au fait que c’est le premier péché, et non au fait que ce soit une malédiction due à la nature même de l’homme. Ce péché arrive d’ailleurs bien « après » la création d’Adam, puisque Dieu a « eu le temps » de faire une compagne à celui qu’Il avait « crée mâle et femelle ». Et d’autre part, Dieu N’INTERDIT PAS à ses productions d’assimiler les fruits de l’arbre de la Connaissance du Bien et du Mal, Il les prévient seulement des conséquences : ils connaîtront la mort, la souffrance, le travail pour se nourrir, l’enfantement dans la douleur, etc. Et Dieu connaît parfaitement tout ça puisqu’Il en parle comme si ça existait déjà, et donc Il n’en accuse nullement l’homme et la femme. Il les met seulement en garde sur leur utilisation. L’idée que l’homme ait à expérimenter tout cela n’est donc pas tout à fait fausse, mais il s’agit de l’homme, pas de Dieu, puisqu’Il était au courant avant que tout ça commence et qu’Il n’a pas à en « faire l’expérience » Lui-même comme y insistent les Neale.

Les trois Tomes sont une ode à l’irresponsabilité, mais on ne peut pas en vouloir à nos Neale puisqu’ils n’en sont pas responsables eux-mêmes. Si vous voulez avoir un autre son de cloche, cette fois-ci d’un new ager férocement opposé au Nouvel Ordre Mondial, jetez-vous sur « le Guide David Icke de la Conspiration Mondiale (et comment y mettre un terme) ». Il patauge largement autant en ce qui concerne la spiritualité : Ce que les Neale appellent le « Soi », un terme si courant chez les orientalistes, que les Neale ne se donnent pas trop la peine d’essayer de le définir correctement, Icke l’appelle la « Perception infinie » ! Or chaque fois que vous voyez indiquer un « truc » infini, ou un infini « qualifié », vous pouvez en déduire que votre écrivain ne sait pas ce qu’est l’Infini, parce que, par « définition » ou plutôt par étymologie, cet Infini ne peut être limité ni par un substantif dont il serait l’adjectif, ni par un attribut qui essaierait de le déterminer. Ce sont les matheux qui nous ont habitués à qualifier des kyrielles d’infinis (dénombrables, continus), comme quoi il n’y a pas que les curés et les New Agers qui se foutent de nous ! Donc si sa Perception est une perception et seulement ça, elle ne peut être « infinie », puisqu’elle exclut au moins déjà « ce » qui perçoit et « ce » qui est perçu, et évidemment tout ce qui n’est pas une « perception » ! Ni Icke ni les Neale n’ont la MOINDRE idée du domaine spirituel, ce qui n’empêche pas, l’un de partir en guerre contre la conspiration mondiale des New Agers, et les deux autres d’appeler de leurs vœux la réalisation de son objectif !!!

Comme Icke explique que le langage est le moyen de manipulation le plus efficace, on pourrait se demander pourquoi Icke lit autant, et pourquoi il écrit autant : son seul « Guide » fait déjà 750 pages en français ! Et pourquoi il comprend aussi peu… Sa logorrhée consiste à récupérer des termes scientifiques dont il ne manifeste aucune compréhension : Si son univers est aussi holographique qu’il le dit, pourquoi s’étonner des coïncidences entre les « vies » d’Horus et de Jésus ? Croit-il vraiment que le fait de changer de langage pour parler des choses va changer notre perception de celles-ci ? Grand fan de films dans la lignée de Matrix, il se vautre (dans tous les sens du terme…) dans l’informatique en croyant nous faire découvrir que notre corps est en fait un « corps-cyber » (ça change tout !) dont l’ADN est un « programme en 2 versions qui n’ont pas été compilées sur terre » !!! Tout à son jargon, il ne fait pas trop la différence entre ce que les informaticiens appellent les « objets » et les « méthodes », ou plus prosaïquement entre les « données » et les « programmes ». Quant à l’idée qu’il se fait d’un compilateur ??? Comme pour les Neale, pour Icke le Temps n’existe pas, mais l’Espace non plus, toutes ces choses sont vraies, mais en dehors de notre univers physique, lequel lui sert malheureusement de base à ses métaphores hyper-matérielles, fondées non moins malheureusement sur des caractéristiques spatio-temporelles.

Le plus étrange c’est que Icke cite fréquemment le 1984 d’Orwell où il est dit en particulier que la base de la manipulation est de changer le sens des mots et de jouer (tricher) avec le vocabulaire ! Pourquoi donc en fait-il autant ? C’est d’ailleurs un sport qui est pratiqué depuis au moins 25 siècles…

Une autre source de sa logorrhée vient des mythologies improbables dont il nous assène des listes interminables de noms de divinités et les assimilant les unes aux autres chaque fois que ça l’arrange. Et il n’a pas peur de nous donner la translittération en anglais et en français de noms de divinités, récupérés dans des langages que personne ne parle plus depuis des milliers d’années, avec la bénédiction d’universitaires allumés qui prétendent les comprendre et savoir comment les prononcer ! Quand on se réfère à ce que comprennent les Occidentaux des philosophies de pays où les langues sont pourtant encore pratiquées (Chine, Inde), ou des pays qui sont censés être les précurseurs de notre culture comme la Grèce, il n’y a pas de raison de croire à toutes ces rêveries. Et bien sûr, pour Icke, le Dieu Horus a vraiment existé alors que Jésus n’est qu’une escroquerie de l’Église chrétienne !

Icke devrait aussi arrêter de prendre ses adversaires pour des idiots. Quand il (ou Springmeier, le découvreur des « lignées des Illuminati ») récupère un réchappé miraculeux d’un programme de contrôle mental de la CIA, comme Montauk ou MKULTRA, et qu’il croit décoder et annuler sa programmation, il devrait se demander pourquoi la CIA serait assez brouillonne pour laisser s’échapper des gens qu’elle manipule depuis des années avec des programmes aussi coûteux, ou si, au contraire, ce ne serait pas fait exprès pour que le monde soit au courant de ce qu’elle veut qu’on en connaisse, ce qui lui permet à la fois de propager la manipulation et d’en contrôler la diffusion, en prétendant éventuellement que les « révélations » de leurs fuyards sont des rumeurs. Et les chasseurs de manipulateurs sont alors manipulés pour faire le marketing de ce qu’ils combattent ! On a par ailleurs la preuve que des secrets peuvent le rester même si des milliers de gens sont concernés, comme avec le « projet Manhattan » dont les Japonais n’ont été au courant que quand ils ont pris les bombinettes sur Hiroshima et Nagasaki, et qui n’a été décrypté que lors de sa dé-classification par les USA. Ce projet impliquait des dizaines de milliers de collaborateurs pendant des années. Autre exemple : le décodage des codes secrets allemands par les Anglais n’a, lui aussi, été révélé que plusieurs années après la 2ème guerre mondiale. Comment d’ailleurs les manipulateurs pourraient-ils nous faire peur si nous n’avions pas la moindre idée de leurs magouilles ? Ils ont BESOIN de porte-paroles, et ils ne les tuent pas tous puisque Icke est encore vivant !!! D’autre part si ces manipulations impliquent la fabrication de personnalités multiples, comment peut-on savoir qu’on les a TOUTES effacées ? Et qu’on ne s’est pas arrêté sur celle que les manipulateurs avaient prévue ? Une simple séance d’hypnose suffit à créer de telles personnalités, et, pour ce qu’on en sait, les méthodes de la CIA sont bien plus élaborées que ce genre de procédé et font appel à des tortures physiques et électriques.

About

View all posts by