Organismes, Asservissements, Thérapies ! (04/Terrain)

Organismes, Asservissements, Thérapies ! (04/Terrain)

J’ai eu l’air d’accuser l’Occident de tous les maux, mais le reste de la planète a aussi fait sa révolution pour passer d’une humanité concernée par la connaissance et l’intelligence (au sens propre d’être capable de « lire dans les choses »), à une humanité obsédée par le « pouvoir », ce qui ne serait pas si grave si ce n’était pas aux dépens de la sagesse.

La « solution » est fournie par une prophétie des Védas : à la fin des temps, les kshatryias vont se révolter !… Ça veut dire quoi ? Jusqu’à il y a 2500 ans, la société hindoue connaissait, et était organisée, selon 4 « couleurs » : La couleur de la « connaissance et de la sagesse », la couleur du « pouvoir », la couleur des « échanges » et la couleur de la « liaison avec la nature pour l’alimentation ». Le mot « varna », qui veut dire couleur, est aussi celui qui est utilisé pour les castes. La caste des sages brahmanes conseillait les puissants kshatryias qui faisaient régner l’ordre chez les vaïshas mus par l’intérêt et protégeaient les shûdras qui alimentaient tout ce petit monde. On avait la même organisation au Moyen-âge : clergé, noblesse, tiers état, serfs. C’était assez naturel pour durer un certain temps, i.e. plusieurs millénaires en Inde.

Comme prévu par la prophétie, les kshatryias en ont eu marre de se faire dicter leur comportement par les brahmanes, et en fait, ont refusé tout partage de leur pouvoir, en particulier avec la Divinité que les brahmanes étaient censés représenter.

C’étaient les premier athées.

Si Aristote est un bon candidat pour avoir été le premier kshatryia révolté en Occident : avec un nom pareil, c’était bien un noble (un aristo !) ! En Chine le candidat a été Confucius et en Inde il y a eu Bouddha et Kaneda. Le premier, un prince qui s’est pris pour un Brahmane et qui a élaboré une métaphysique bancale qui a valu aux bouddhistes de se faire virer d’Inde dès la mort du Bouddha, le second à qui nous devons l’idée étrange de l’atome, un truc incassable qu’on n’arrête pas de bousiller (plus facilement qu’un préjugé comme le dira Einstein !). Le dérapage de la métaphysique de Kaneda est beaucoup moins visible que celui du Bouddha, mais ils ont en commun leur obsession de la non-violence : une conséquence nécessaire du refus de partager le pouvoir et la nécessité de faire croire aux deux dernières castes que leur doctrine ne présentait pas de risques. Ce qui a été repris par les Anglais quand ils ont colonisé l’Inde et la Chine, en faisant revenir les bouddhistes en Inde et en arrivant à faire croire aux Hindous orthodoxes que leur doctrine aussi prônait la non violence ! Et les Hindous se sont couchés devant les fusils anglais. Mission accomplished !

Donc les dérapages occidentaux avaient leurs pendants en Orient, mais la version occidentale est tout de même celle qui a prévalu partout, ne serait-ce qu’à cause des armes, d’abord, (utilisant la poudre que les Chinois utilisaient pour leurs feux d’artifices…), et de l’industrie ensuite.

Mais revenons à la vision de la vie universelle envisagée comme un asservissement, au moins planétaire, et à l’antique sagesse des Indiens Américains : « Tout est lié ! ». De toute façon vous aurez plein de détails sur la course à la crétinisation dans mes bouquins parus chez Bergame…

La vie se nourrit de la vie : le rêve des socialo-bouddhistes !

Puisqu’on vient de voir que la vie est UNE, sous bien des formes, et qu’elle passe son temps à détruire les formes en question pour en produire d’autres, je propose un autre sous-titre :

La vie se nourrit de la vie après l’avoir tuée (sacrifiée) : le cauchemar de la dualité !

C’est bien triste(!), mais comme on l’a évoqué nous, les humains, sommes à la fin de la « chaîne alimentaire » puisque nos cadavres ne l’alimentent même plus. En attendant, les kilos de barbaque de nos corps sont venus des massacres dont nous avons été complices…, dans le meilleur des cas.

Alors, assumez-en ce que vous en pouvez !

Le rapport avec la dualité ? La Vie c’est le mouvement ou le changement. Et le changement, la signature de notre univers, c’est la Vie, réciproquement. Pas seulement biologique. Comme disait Lavoisier : « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ! ». Pour passer d’une situation A à une situation B, il faut que la situation A disparaisse pour que la situation B apparaisse. Il faut que le lapin disparaisse pour que le renard survive… On aurait pu rester au Paradis où les choses peuvent apparaître sans en détruire d’autres. On a voulu venir dans la dualité par curiosité. On n’a plus qu’à se le goinfrer…

Les premiers asservissements industriels essayaient de trouver des phénomènes qui puissent servir à des contre-réactions, comme les régulateurs à boules des locomotives à vapeur. Mais depuis longtemps les asservissements sont confiés à de l’électronique ou de l’informatique.

Eh bien la biologie fait ça depuis très longtemps ! Les réactions chimiques ne mettent (généralement) pas en jeu les noyaux des atomes, seulement leurs électrons ! Une exception remarquable a été découverte par Louis Kervran, un Breton qui a fini par s’exiler à New York, chez Rockefeller pour y poursuivre ses travaux. Il avait remarqué que les poules de sa cour de ferme bretonne picoraient tout ce qu’elles pouvaient de quartz, et cette fringale de silicium l’intriguait. Il s’est alors débrouillé pour priver ses picoreuses de leur drogue, et deux jours après, les poules pondaient des œufs sans coquille ! Il leur a donc ajouté du calcium pour qu’elles refassent leur coquille, mais rien n’y a fait ! Il a bien fallu se rendre à l’évidence : les poules transmutent 2 grammes de silicium en calcium tous les jours, et sans qu’on puisse constater la moindre radioactivité !

E=mC2 avait du mouron à se faire !

Je ne vous raconte pas ça pour montrer l’étendue de ma culture de lecteur assidu de France-Soir et du Chasseur Français, mais parce que ça me donne l’occasion de vous indiquer un truc utile ! Si vous, ou quelqu’un de votre entourage, se casse un bras ou autre chose, saupoudrez ses biftecks avec de la poudre de prêle ! C’est une fougère riche en silicium avec un goût inoubliable…, c’est pour ça que ça passe plus inaperçu avec de la barbaque… Normalement, moins de deux semaines plus tard, les os sont réparés et SANS CAL ! J’ai d’autres combines pour obtenir le même résultat, mais elles passent par des trucs du genre EMDR, et c’est pas trop le sujet pour l’instant. Les poules ne sont pas les seules bestioles à transmuter du silicium en calcium, et Kervran a trouvé bien d’autres « transmutations biologiques », comme il les appelait avant d’en découvrir dans d’autres domaines. Et c’est à cause de ses découvertes qu’il a perdu son job en France ! Et qu’il passe pour un con sur le Web !

Revenons à nos électrons, les acteurs de la chimie.

Les trois dimensions de la biologie : la Bio- Électronique !

bioéléctronigrammeNormalement l’évocation de nouvelles dimensions devrait vous faire frétiller, mais calmez-vous, elles ne viennent pas se rajouter à la 4ème dimension du père Einstein ni aux douze des théories des cordes… c’est juste parce qu’on les représente dans un repère à trois dimensions dont les axes sont le pH, le rH2 et le Rhô (ρ)!

Parce que depuis que je vous parle de l’importance de l’environnement pour le fonctionnement correct des asservissement vitaux, il faudrait peut-être que je vous donne les moyens de les apprécier sinon de les « mesurer » !

Et ça me donne l’occasion de vous parler de Louis Claude Vincent, le fondateur de la bio-électronique, un type qui avait par ailleurs une autre méthode personnelle pour s’occuper de ses fractures, que je vous laisserai découvrir si sa vie vous intéresse…

Je ne vais pas vous en faire une tartine, ses fans ont fondé l’ABE, l’Association Bio-électronique et vous trouverez tous les détails sur leur site www.votre-sante-naturelle.fr/ !

Ne pas confondre avec l’autre ABE « Alternatif Bien-Être » (https://www.santenatureinnovation.com/publications/alternatif-bien-etre/ pour la maison mère, sinon www.alternativesante.fr/‎) tout aussi intéressante puisque je vais bientôt en parler…

Dans le cadre du présent exposé, je me contenterai d’indiquer que ces trois mesures caractérisent (en particulier) TOUS les terrains biologiques, depuis les sols jusqu’aux animaux, et justifient particulièrement qu’on parle de « terrain » en médecine, sans qu’on ait su de quoi on parlait précisément avant Vincent.

Pour commencer par la fin, vous trouverez sur le site de l’ABE des graphiques qui vous indiqueront dans quelle zone du plan pH/rH2 votre corps devrait se trouver pour être en bonne santé ! Si le rH2 n’est pas facile à mesurer, il faut des gadgets, voyez l’ABE, le pH lui, ne demande qu’un papier sensible vendu par votre pharmacien sous forme de ruban. Bavez ou urinez dessus et la couleur prise par le papier vous donnera la valeur de votre pH. Le Rhô, la résistivité, la troisième coordonnée n’est évidemment pas représentée graphiquement sur ce plan qui n’a que deux dimensions, mais on peut l’indiquer par sa valeur au point considéré, comme on indique une altitude sur une carte.

Cette résistivité ne définit pas la maladie dont vous pourriez souffrir, mais plutôt la vitesse à laquelle elle se propage. Imaginez que vous vous blessiez : à l´endroit de la blessure, les valeurs bio-électroniques deviennent celles de l’environnement. Il est peu probable qu’elles soient celles d’un terrain humain en bonne santé. Et elles devraient donc diffuser plus ou moins vite dans votre corps. Plus la résistivité de ce dernier sera élevée, plus cette diffusion sera difficile, et il se peut même qu’elle soit très localisée, juste un petit bobo. Si elle est très basse, c’est un coup à choper une septicémie ou le tétanos ! Autrement dit, moins votre corps est résistant, et plus il est fragile ! Ça n’est pas un jeu de mots gratuit, c’est une découverte de Vincent !!!

Les graphiques de l’ABE vous montreront les différents environnements nécessaires pour la prolifération des microbidules. Si vous avez une quelconque maladie « infectieuse », c’est que votre terrain est propice à la survie de vos envahisseurs. Les produits que l’on va vous conseiller pour vous en débarrasser ne vont faire la plupart du temps qu’empirer la situation, et ne vont rien régler au niveau électronique, sinon vous assurer que votre maladie va devenir chronique. Toujours avec ces mêmes graphes vous pourrez apprécier les différents domaines des différents microbes, y compris vos bactéries intestinales !

Oubliez donc vos éprouvettes et vos recherches de petit chimiste, ce n’est pas la façon d’étudier un asservissement !

About

View all posts by