Organismes, Asservissements, Thérapies ! (11/Allopathie)

Organismes, Asservissements, Thérapies ! (11/Allopathie)

L’allopathie qui est la thérapie qui utilise des quantités pondérables de poisons, prétend malgré tout ne pas s’occuper que de l’aspect physique des malades, mais aussi de leurs problèmes psychiques ou autres, tout en n’ayant pas la moindre idée de l’existence des domaines mental et spirituel.

Nous n’avons pas besoin de nous occuper de ses prétentions, c’est ce qu’en pense notre corps qui nous intéresse.

Si une drogue allopathique est maltraitée ou ignorée (rejetée) par le tube digestif, il reste la possibilité de l’injecter, soit dans les muscles soit dans le courant sanguin. Et évidemment les boyaux n’ont plus rien à y voir !

Occupons-nous donc des mystères de ce tube secret caché entre notre bouche et notre anus…

On en a déjà beaucoup parlé et on va essayer de résumer pour mettre en avant les dégâts de la médecine ordinaire (donc allopathique…)…

Il va falloir faire des distinctions entre l’allopathie proprement dite et des thérapies qui s’y apparentent et sont considérées pourtant comme sans inconvénients.

On vous tient à l’œil !

Première thérapie catastrophique qu’on ne pense pas relier à l’allopathie : les prothèses optiques et acoustiques. On a vu qu’en essayant de remplacer l’effet d’un asservissement, on le déconnectait ou on l’annihilait. Or c’est exactement ce qui se passe en s’équipant de verres correcteurs. Les défauts de vision comme la myopie sont dus au dérapage des automatismes de focalisation de l’œil. Or les muscle responsables de l’ajustement de la distance focale sont, dit-on, une « vingtaine de fois trop puissants » (évaluation ridicule puisqu’on n’a pas d’étalon, c’est comme le « pourcentage d’utilisation du cerveau » qui fait l’objet de délires en sens inverse, puisqu’il est considérée comme trop faible sans qu’on ait aucun moyen pour l’apprécier). Donc ces muscles peuvent déformer l’œil s’ils sont trop sollicités. Une fois que vous avez mis vos lunettes, l’œil voit bien et n’a plus besoin d’ajuster sa focale, donc il va se régler en fonction des lunettes et vous ne pourrez plus vous en passer. William Bates (début du XXème) a mis au point une méthode reprise par bien d’autres pour exercer les muscles oculaires de façon à pouvoir se passer de ces « dispositifs médicaux », comme on dit aujourd’hui. C’est pas instantané, mais ça vaut l’effort. Vous trouverez des praticiens sur le Web. J’ai également pratiqué une approche un peu différente et plus hasardeuse : j’ai eu l’occasion de faire faire des exercices de communication à des dizaines de gens, et la moitié de mes clients qui portaient des lunettes les ont laissé tomber à l’occasion ou à la suite du cours. On peut imaginer que leur mauvaise vue (souvent des myopes) était simplement le refus de voir les autres et qu’en ayant pris de l’assurance en apprenant à communiquer, cette défense n’avait plus lieu d’être. Ça n’était pas systématique mais ça prouvait que le problème visuel n’était pas de nature musculaire.

La surdité « corrigée » par des prothèses pose le même problème : les automatismes de l’oreille ne vont plus faire d’effort puisque leur boulot est assuré par la prothèse. En revanche, je ne connais pas de « Méthode Bates » pour les sourds. Désolé ! Et je n’ai pas remarqué que les exercices de communication avaient un effet quelconque.

Fin de l’intermède prothétique !

On replonge dans les boyaux !

Normalement, ce tube digestif est fait pour être alimenté par des bouts d’organismes végétaux ou animaux, qu’il va exploser mécaniquement dans la bouche avec les dents, puis chimiquement avec la salive, le suc gastrique et les injections du foie et du pancréas avant que les cellules résiduelles soient éparpillées en nutriments par les intestins, lesquels vont passer dans la circulation pour aller à leur destination finale. Ces intestins sont très loin du point de départ et on a vu qu’ils ont des bactéries complices, des milliards (jusqu’à 100.000 milliards…) de probiotiques. Quand j’étais petit on ne parlait encore que des acides lactiques qui amenaient les docteurs à prescrire des yaourts à leur patients sous antibiotiques… les « anti- » qui bousillaient les « pro- » de leur flore intestinale ! Depuis on parle aussi de bifidobactéries et de levures comme la levure de bière. Donc les probiotiques sont relativement diverses, et si vous en prenez depuis des sachets qui en contiennent un milliard, il faut espérer qu’elles vont bientôt se multiplier parce qu’avec un peu de chance ça ne représente que le cent-millième de ce que votre intestin attendrait, s’il était vide. On a assez peu de données sur les rôles précis de chaque type de probiotique (pensez à votre pendule !).

Toujours à propos du fonctionnement de l’intestin, vous entendrez parler des prébiotiques. C’est des trucs qui fabriquent les probiotiques. J’ai cru qu’on appelait ça des fibres, il y a quelques temps, mais ça patauge tellement dans ce domaine que je vous laisse vous faire votre religion…

Il y a un certain temps les fibres étaient considérées comme le « balai de l’intestin » et n’avaient qu’un rôle mécanique. Maintenant certaines sont des prébiotiques… Autrement dit pour ce qui est des boyaux les toubibs sont dans la merde, et nous avec…

Compléments ou suppléments et allopathie…

Je l’ai radoté, notre alimentation est carencée grâce aux agriculteurs devenus « exploitants agricoles ». Il faut donc y remédier. Le mauvais réflexe est de se jeter sur des compléments ou des suppléments qui vont le plus souvent n’apporter que des nutriments, c’est à dire ce que l’intestin est supposé faire des aliments qui lui arrivent. Et ça va lui casser son rythme donc ses asservissements. Il vaut beaucoup mieux complémenter votre alimentation avec des vraies plantes, généralement des épices qui font partie des aliments prévus par la nature.

De la même façon, compter sur les eaux minérales pour apporter des oligoéléments les font arriver directement dans l’intestin d’où ils passent dans le corps sans processus de digestion non plus.

J’ai lu récemment que, sous prétexte que les Navajos se servaient du sel de leur lac salé du côté de Salt Lake, une boîte américaine récupérait ce sel pour le vendre. Ça n’est pas de la médecine traditionnelle, c’est de la médecine folklorique. Autant boire de l’eau de mer puisque le sang a les mêmes proportions dans sa composition saline.

C’est d’ailleurs ce qui a amené Quinton à proposer son sérum pour remplacer les transfusions. Pauvre docteur Quinton, tombé dans le même piège que Benveniste ! Il n’a pas bien vu qu’il aurait l’industrie pharmaceutique pour le maudire ! Les transfusions font un business colossal, d’autant que les sangs prélevés sont très périssables et nécessitent des renouvellements fréquents. Sentimentalement, les gens sont très fiers de sacrifier leur sang, pensent-ils pour « sauver des vies », ce que fait parfaitement le sérum de Quinton comme en avait témoigné un ancien docteur de la Grande Guerre qui n’avait utilisé que ça pour les blessés dont il s’est occupé sans avoir le moindre pépin.

En fait le don du sang n’est que la fourniture du précieux liquide à une industrie qui vise des choses que personne ne connaît plus. Le sang est le véhicule du psychisme inférieur, c’est-à-dire de la boue mentale et en mélanger plusieurs centaines dans chaque poche garantit que le receveur va récolter une partie de convictions vaseuses des donneurs, ce qui participe, plus qu’on ne le croit, à la crétinisation de masse. Les frères de sang de différentes civilisations, mettaient leur sang en commun parce qu’ils avaient pu apprécier la bravoure d’un autre et s’aidaient ainsi mutuellement à combattre leurs démons…

Les oligoéléments aussi doivent provenir de cellules complètes, et pas de l’eau de boisson, en particulier minérale. Rappelons-nous que ces eaux minérales ont une résistivité très basse qui participe de la fragilité des corps qui les absorbent.

Au chapitre des exceptions, on aura quelques vitamines « liposolubles » qui n’ont pas besoin de subir de digestion et quelques composés chimiques qui sont curieusement un peu assimilables, le plus connu étant le chlorure de magnésium, à cause de la carence abyssale de cet élément dans l’agriculture moderne. Mais les capacités d’absorption sont toutefois limitées aussi, et vous saurez que vous avez exagéré si la prise de chlorure vous provoque des diarrhées.

Le triomphe de l’imbécillité allopathique, les vaccins !

BREAKING NEWS : le vaccin HPV a tout plein d’ennuis… Déjà c’est pas un nom français « Human Papilloma Virus » et pourtant la France a l’air d’être la seule à ne pas lui trouver de défauts. Pendant qu’ailleurs on signale des morts subites, en particulier !

Notre cher pays est le champion du nombre de vaccinations obligatoires, et depuis longtemps, et pourtant il ne semble pas que les autres soient affectés d’épidémies monstrueuses !

L’argument choc qui n’a fait réfléchir personne, ou presque, c’est que si TOUTE la population n’est pas vaccinée, LES NON VACCINÉS FONT COURIR UN RISQUE AUX VACCINÉS, POURTANT PROTÉGÉS (?) ET DONC PORTEURS DE GERMES !!! Combien de connards diplômés ont diffusé cette ânerie criminelle ? Et combien d’ahuris, diplômés ou non, l’ont avalée tout cru ? En étiez-vous ?

Coluche nous avait prévenus : pourquoi nos Maîtres (politiques scientifiques, thérapeutiques, religieux) ne nous prendraient pas pour des cons, puisqu’on leur en fait la démonstration continuelle ?

En plus les manipulateurs le savent, qu’ils mentent ! Le professeur Pierre Lépine avait écrit dans un bouquin que la polio ne protégeait pas d’une nouvelle attaque et que tous les vaccins qu’il avait essayés (virus morts, vivants, extraits de virus..) étaient inefficaces et dangereux. Quelques temps après la sortie de son bouquin, le vaccin Salk sortait aux États Unis ! L’Institut Pasteur a récupéré des librairies les exemplaires restants du bouquin et fait annoncer par voie de Presse que le vaccin Salk était dangereux et que le professeur Lépine travaillait à une version personnelle qui devrait être rapidement disponible !!!

Pasteur soi-même aurait dit sur son lit de mort que « le microbe n’est rien, c’est le terrain qui est tout : c’est Béchamp qui avait raison ! ». Et pourtant l’avait-il assez combattu et ridiculisé cet Antoine Béchamp !

La base lubrique de la pratique vaccinale, c’est que certaines maladies ne peuvent pas revenir, et donc qu’en les provoquant une fois, on protégeait d’une deuxième attaque. Allez prouver une histoire pareille… ou apportez la preuve qu’un vaccin a évité à quelqu’un d’avoir la maladie correspondante, et vous gagnerez un million de dollars canadiens, qui attendent celui qui apportera cette preuve. Les dollars attendent depuis près d’un siècle !

Il semblerait en effet qu’on ne peut pas avoir de rechute de connerie, mais c’est parce qu’on ne sait pas la guérir !

Vu de nos asservissements, inoculer une cochonnerie va déclencher une réaction de l’organisme, et comme l’attaque n’est pas trop violente et que le sujet continue à vivre normalement, puisqu’il mange comme d’habitude, on vient juste de lui inoculer la forme chronique de ce contre quoi on imagine le protéger. Au moins est-ce la conclusion de quelques homéopathes. Si le corps sait se défendre, il n’est pas besoin de le vérifier sans nécessité, et en l’empêchant en même temps de virer l’agresseur parce que les doses ne sont pas suffisantes pour provoquer une réaction efficace. Et que la continuation de l’alimentation ne laisse pas d’énergie suffisante pour rejeter l’intrus.

On peut évidemment suggérer de faire un jeûne après les vaccinations, mais pourquoi se compliquer la vie ?

Les vaccins « recommandés » par l’OMS ne sont pas si nombreux, et ils n’osent même plus annoncer la liste de ceux qui seraient obligatoires…

Les visiteurs de la France ne sont aucunement obligés d’être vaccinés et c’est un détail oublié par Marine Le Pen : ils mettent nos vaccinés en danger : on doit les virer… Question de vie ou de mort, non assistance à personnes en danger !

Il reste quelques détails à examiner au sujet de l’approche allopathique, mais à chaque jour suffit sa peine, n’est-il pas ?

About

View all posts by